Skip to content

CRITIQUE DE PREEMPTION DU CONCERT D’ON LACHE LES CHIENS, DE KALICIA KATAKOV ET DES INSECTS IN AMBER (DITS LUDWIG VAN BOLOGNA) AU QUARTIER GENERAL – le 15 février 2017

February 15, 2017

Putain (note: terme misogyne. Je crois que le terme correct dans cette situation est ‘prostituée’). J’ai promis à mon nouvel ami très spécial et nouveau fan numéro un (qui déteste, donc évidemment, ce que je fais et qui, donc, ‘suit’ (avec un ‘outil’ technologique ou autre) ce site (web (‘effroyable’ et ‘misogyne’, incontestablement)) pour qu’il ne faille jamais qu’il attende pendant plus de cinq minutes pour lire chaque nouvel article (dans sa totalité) et pour laisser un commentaire (beau) au sujet de ledit article (‘effroyable’ et/ou ‘misogyne’, incontestablement)) un article (‘effroyable’ et/ou ‘misogyne’, incontestablement) aujourd’hui, mais (!), en regardant (sur internet (qui est ‘misogyne’)) ce qui se passe dans la capitale (Paris (note: le fait que le mot ‘capitale’ soit désigné comme un mot féminin implique la misogynie – il y a un chapitre dans le texte intitulé ‘le deuxième sexe’ (de de Beauvoir (Simone)) qui discute le fait que les mots des choses ‘abstraites’ sont désignés comme féminins et les mots des choses ‘tangibles’ sont désignés comme masculins. La capitale d’un pays est bien abstraite – la capitale du pays (note: le mot pays est masculin, et donc, misogyne) la france (note: le mot france est féminin, et donc, misogyne, et, le mot mot est masculin, et donc, misogyne) a changé plusieurs fois (le mot fois est féminin, et donc, misogyne) au cours de l’histoire (le mot histoire est féminin, et donc, misogyne), et donc, il est clair que le mot capitale est bien abstraite et donc, le fait qu’il ait été désigné comme féminin ne montre rien d’autre que la misogynie)) le mercredi soir, j’ai découvert, purement par hasard, qu’une de mes artistes préférées, qui ne peut guère jouer la comédie mais pense qu’elle peut également chanter (la chanson française), autrement dit une actrice française (probablement parisienne) brune, que j’ai déjà vu en concert, allait faire un concert (le mot concert est masculin et donc misogyne), et en découvrant ça, j’ai également découvert que le groupe (le mot groupe est masculin et donc misogyne) que j’avais prévu de voir le mardi soir a également joué lors du concert où j’ai vu cette actrice française (probablement parisienne) qui ne peut guère jouer la comédie mais pense qu’elle peut également chanter (la chanson française), et, en relisant ce que j’avais écrit au sujet de ce groupe particulier, j’ai découvert que je n’avais pas trop envie (envie est un mot féminin et donc misogyne) de les revoir, mais …. crise (mot féminin et donc misogyne)! J’avais promis un article (mot masculin et donc misogyne) à mon nouvel ami très spécial aujourd’hui, et donc, vu que je sais que si je ne ‘publie’ (en ligne) pas cet article promis que ce nouvel ami très spécial se suicidera (ce que je ne veux pas, même s’il, très gentiment, veut que je me suicide), il faut, à nouveau, que je fasse un autre article de préemption, ce qui est possible, parce que j’ai déjà vu les trois artistes qui jouent ce soir. Donc, voilà. Je ne veux pas que tu te suicides, cher ami très spécial – j’aime bien jouer avec toi et ça me donne, véritablement, une raison de vivre et de ‘continuer’. Note, mon beau, cher ami très spécial hipster (non) barbu: vu que tu n’as nié que la présence d’une barbe (barbe, mot féminin: misogyne), il faut, maintenant, que je t’explique quelque chose d’importance capitale – il ne faut pas porter une barbe physique pour être spirituellement barbu, et toi, cher ami très spécial, tu es bien barbu, spirituellement, tout comme tous ceux qui portent obligatoirement (toujours (même au lit)) l’uniforme ‘punk’ ne possèdent effectivement jamais l’attitude ‘punk’ mythique, d’où vient leur besoin (irrésistible, comme ton besoin, cher ami, de lire chaque article (‘effroyable’, incontestablement) et de laisser un beau (trop) commentaire au sujet de ledit article (‘effroyable’, incontestablement) …. en cinq minutes, ou moins) de dépeindre l’image parfaite de la ‘sous-culture punk’, ce qu’ils croient, erronément, cacher le fait qu’ils ne sont pas du tout ‘punk’, éthiquement ou moralement. Ca m’a bien amusé, cher ami très spécial, que tout que tu as nié était le fait d’être ‘barbu’, mais comme je t’ai déjà bien expliqué, on ne doit pas être ‘barbu physiquement’ pour être ‘barbu spirituellement’, et donc, je sais, maintenant, que tu es bien ‘hipster’, et que tu manges de la chair et du flux menstruel des autres espèces (je comprendrais, entièrement, si cette chair et ce flux menstruel venaient de l’être humain – ça serait bien naturel) et que tu suces le lait maternel des trayons d’une autre espèce (encore, je comprendrais, entièrement, si tu suçais, encore, le lait maternel des trayons de ta mère chérie, ce qui serait, encore, parfaitement naturel, mais, il faut dire que je soupçonne, fortement, que ça soit encore le cas).

Mais, le suicide (mot masculine et donc misogyne, et ce que je ne veux pas, légitimement, t’arriver, mon cher ami l’hipster spirituellement barbu), un mot auquel j’ai souvent pensé ces derniers jours, et, hier soir (parce que je ne suis enfin pas allé au concert du groupe que j’ai découvert, purement par hasard, que j’avais déjà vu, à l’OPA (pas le Supersonic, il faut noter), ainsi qu’une actrice française (probablement parisienne) brune qui ne peut guère jouer la comédie mais qui pense qu’elle peut également chanter (la chanson française)), en pensant au suicide, je me suis rendu compte, assez atrocement, que je me suis déjà, entièrement et complètement, suicidé – je me suis spirituellement suicidé …. mon âme, mon esprit, n’existent plus. Je me souviens, parfaitement, du jour (et même du moment précis) où je me suis spirituellement suicidé, et, chaque personne qui s’est (physiquement) suicidée au cours de l’histoire s’est également, je vous promets, spirituellement suicidée à un moment ou à un autre avant leur suicide physique, et, je suis également (et pratiquement) sûr que chaque personne qui s’est suicidée au cours de l’histoire aurait pu dire, précisément, le moment où elle s’est spirituellement suicidée, et, sans âme, sans esprit, après le suicide spirituel, il est certain, à cent pour cent, qu’on va physiquement se suicider, sauf si on meurt, par hasard, d’une autre cause avant que ce suicide physique inévitable se produise.

Alors, sans âme, et sans esprit, on ne peut qu’attendre le suicide physique, mais sans âme, et sans esprit, on est libre de critiquer, de manière préemptive, les concerts, et donc, voici, je vais dévoiler un fait (entièrement vrai): chaque fois que je vais à un concert, je pense que je vais aimer le/s artiste/s qui joue/nt – je fais tout ce que je peux pour éviter les artistes que je pense que je ne vais pas aimer, mais, quand un tel artiste joue en tant que deuxième partie lors d’un concert où trois artistes jouent, ça peut devenir difficile, mais, parfois, c’est enfin l’artiste que j’avais pensé que je n’aimerais pas que j’aime, et pas les artistes que j’avais pensé seraient ‘cools’ (oh là là), et vraiment, ça, c’est le plaisir des concerts – les grandes surprises que, de temps en temps, on trouve.

Alors, mon cher ami très spécial, tu es maintenant content de savoir que ce n’est qu’une question de temps avant que je me suicide physiquement, vu que mon suicide spirituel s’est déjà produit, et, vu qu’aux concerts je fais tout mon possible pour éviter les artistes que je pense que je ne vais pas aimer, je peux dire que, ce soir, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour éviter Kalicia Katakov (une action misogyne): j’ai vu plusieurs de ses projets (projet, mot masculin: misogyne), et, malheureusement, je n’aime aucun de ces projets, mais, vu qu’elle joue souvent à côté de certains de mes artistes préférés (une fois, à côté de Trotski Nautique!), ça, ce n’est évidemment qu’une illustration (illustration, mot féminin: misogyne) de mon avis subjectif (avis, mot masculin: misogyne), mais, si on critique les femmes de la même manière qu’on critique les hommes, on est bien misogyne, donc, voilà: la misogynie (misogynie, mot féminin: misogyne), c’est moi. Si vous voulez savoir ce que je pense de Kalicia Katakov, des Insects in Amber (dits Ludwig van Bologna), et/ou d’On lâche les chiens, lisez un de mes articles précédents. Tout ce que je dirai en tant que critique de préemption de ce concert c’est que j’espère, sincèrement, que les Insects in Amber (dits Ludwig van Bologna) ne jouent pas la chanson où monsieur Bologna chante en anglais ce soir.

Voilà.

Note, mon cher ami l’hipster spirituellement barbu: je ne peux pas te promettre qu’un article paraîtra sur ce site (web (‘effroyable’ et ‘misogyne’, incontestablement)) demain, donc, sois fort, s’il te plaît ….

Gros bisous à toi. Je t’aime aussi ….

Advertisements

From → Uncategorized

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: