Skip to content

EN BLANC

February 17, 2017

Je sais que tu penses encore à elle. Elle était jeune, et sage avec les années

Je sais que tu l’as aimé. Tu l’as aimé follement, aveuglement. Tu n’es pas le seul.

Le seul qui l’a tenu l’a perdu. Il s’est trouvé au fond du baril

Au fond du baril, il n’y a pas d’issue. Il était fou de se trouver là.

 

On se félicite. Mais pour quoi? A quel propos? Je vois une bague en or

Non. Je vois la fille qu’on a connu, tous. La fille, sage avec les années

On n’oublie jamais ce genre de fille. Mais lui qui l’a tenu, c’est lui qui regrette

On se félicite mais on regrette la perte. An English rose pour une fille de rêve.

 

Tu dors à côté d’une English rose, tu rêves d’elle. On n’oublie jamais ce genre de fille

Tu m’as tout dit. Je sais que tu ne te souviens pas, mais moi, je me souviens tout.

Une fille, un chat, une femme. Elle n’est plus cette fille. On ne se reconnaît plus

On ne s’est jamais reconnus, mais je reconnais ta bague en or. C’est perdu.

 

Comment ça que les amours se perdent? Son cœur, c’est à un autre

Un autre …. il n’a pas connu la fille. On a ça, ça qu’il n’aura jamais

On ne s’est jamais parlés. Il n’y a jamais eu de mots, de mots perdus

Les mots se perdent sous la pluie. Une pluie douce, ils reviennent.

 

Mais elle, elle ne revient jamais. Elle était là dans sa grandeur. On était à côté

Nous sommes à côté. J’ai vu son futur, et toi, tu étais au fond du baril.

Une étoile filante. Les autres l’ont raté. Nos jeunesses, là, étaient passées

‘Ne jamais être un étranger’. Ce sont tes mots, toi, qui l’a tenu.

 

J’étais toujours l’étranger. Je me blâme. A côté gauche, à côté droite. Toujours à côté

La vie se passe. Est-ce qu’elle est heureuse? On dirait que non. On voit ses yeux.

Elle était jeune, sage avec les années. Tu l’as embrassé. Tu l’as perdu

Sa perfection, c’est perdue. Tout se perd au cours du temps. Je n’oublie pas.

 

On s’est embrassés. Je pensais à elle. Il faisait nuit. On s’embrassait

Comment est-ce qu’on se perd. Nos futurs promis sont les futurs abîmés.

J’ai entendu des mensonges. On a entendu des mensonges. Le passé ne nous mène pas

Je l’ai vu en blanc. Toi aussi. Toi qui l’a tenu, tu l’as vu.

 

An English rose. Elle meurt. Mais tout meurt. On a vu la perfection meurt

Est-ce qu’elle est une étrangère. Je crois que oui. Moi aussi.

La vie ne nous a pas nourri. Est-ce qu’elle est heureuse? Ses yeux nous disent non

Pourquoi cette English rose? Je prie cette English rose. Je prie le silence.

 

En silence, on prie. Je vous en prie. La perfection devant nos yeux, elle est partie

Elle est partie où? Elle nous a quitté. Mais vous, vous ne l’avez pas suivi ….

On ne chasse rien à part la perfection. On l’a eu. Il y a une tristesse là

Parfois, elle est la plus belle. Parfois, pas. Elle était notre perfection. Demain, ça reste à voir.

 

Elle n’est plus jeune. Les années rompent avec la perfection. Après, elles supplient

On se demande pardon. Qui pardonne qui quand tout a tort?

Sa beauté, c’était limitée. On n’en avait jamais pensé. La beauté, c’est la perte

En blanc, on pleure. Elle est en blanc. Le noir nous représente.

 

Est-ce qu’elle a jamais pleuré? Cette question, c’est pour toi, toi qui l’as tenu

Les larmes ne tombent pas de tels yeux. Ses yeux du passé.

Est-ce que tu lui as fait pleurer? Ces yeux n’ont jamais connu les larmes

Est-ce qu’ils ont connu la tristesse? En blanc, je l’ai reconnu.

 

Tu l’as perdu. Il lui a voulu. Là, on parle de perdition

Une enfance est perdue, ensuite une jeunesse. Ils nous mentent.

Elle est à nouveau en blanc. Je me souviens d’elle en noir

La mère nous protège. Mais mère n’est pas le mot.

 

On s’est embrassés. Je pensais à elle

Ton English rose, tu la tiens. Tu penses à elle

Il a bu. Il parlait d’elle

L’amour est limité. L’amour est perdu.

 

Et, quoi d’autre? An English rose sur une robe parfaitement blanche

On aurait dû savoir. On était jeunes. Les sourires, ils partent.

Est-ce qu’elle est heureuse? Est-ce qu’elle pense à toi? Tu penses à elle

On a connu la perfection. Nous sommes les privilégiés.

 

A elle qui a disparu: Adieu, et va bien

Toi, ton English rose. Les deux, deux étrangers.

Pourquoi on part? Pourquoi on va?

An English rose sur une robe parfaitement blanche ….

 

La perte. C’est l’amour

L’amour de la perfection. Ca ne dure pas.

On l’a aimé en noir. Elle est maintenant en blanc

Elle est en blanc, mais elle porte ta tache. Tu l’as tenu. On l’a perdu.

Advertisements

From → Uncategorized

Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: