Skip to content

BELLEVILLOISE (Paris) – le 2 juillet 2017

July 2, 2017

(Gabi Buarque et Pedro Carneiro Silva):

Voici, un conseil (que, peut-être, je vous ai déjà fourni): ne dis (je suis bien au courant que je viens de changer du vouvoiement au tutoiement en l’espace de six (6) mots) jamais à un/e psychiatre que tu es déprimé/e, sinon, tu passeras ta séance (de vingt (20) minutes, à peu près) à écouter une définition de la dépression, ce qui n’aide personne, ni le/la patient/e, ni le/la psychiatre (ou, peut-être que ça aide le/la psychiatre, parce que, peut-être, il/elle aime, de temps en temps, se rappeler de la définition (stricte) de la dépression d’il y a quelques années, si ton/ta psychiatre est un peu vieux/vieille). Apparemment, les crises suicidaires, (semi-)régulières ne constituent pas la dépression, ni les tentatives (vagues et encore moins régulières) de suicide, mais (!), selon ton/ta psychiatre (si ton psychiatre est le mien), chaque personne, de tous les temps, qui s’est suicidée a bien été déprimée, mais (!), selon la définition de ton/ta psychiatre (si ton psychiatre est le mien), ça, c’est pas du tout le cas, sauf si on diagnostique la dépression à titre posthume certain/e/s suicidant/e/s.

Moi, je considère une séance psychiatrique où le/la psychiatre passe les vingt (20) minutes à définir, strictement, la dépression un peu (voire très) inutile. Après que ta/ton psychiatre ait défini, strictement, l’état d’esprit qui constitue la dépression, le/la patient/e (si le patient est moi) passera, de temps en temps, des séances (de vingt (20) minutes, à peu près) à essayer de convaincre le/la psychiatre qu’il/elle est bien déprimé/e, mais, le/la psychiatre continuera à dire que le/la patient/e n’est que dans un ‘état dépressif’ – un ‘état dépressif’, selon le/la psychiatre, pendant des mois. Selon la sécurité sociale le/la patient/e aura été dans un état dépressif pendant des mois aussi. Il faut se demander, donc, à quel moment un ‘état dépressif’ devient ‘la dépression’, et également ce qui est la différence entre un ‘état dépressif’ (pendant des mois) et ‘la dépression’. Si quelqu’un est dans un ‘état dépressif’, est-ce que cette personne n’est pas également déprimée? Quelqu’un qui est déprimé est également dans un ‘état dépressif’, je crois, et donc, j’aurais pensé que le contraire aurait également été le cas, mais, il est possible que je me trompe: je n’ai ni un doctorat en médecine ni plusieurs années d’expérience en tant que psychiatre.

Je ne crois pas, par exemple, que Cobain (Kurt) fût déprimé, mais sauf si on est théoricien de la conspiration, il paraît qu’il s’est suicidé. Moi, je pense que Cobain (Kurt) en avait marre de la vie, tout simplement. Moi, j’en ai marre de la vie aussi. La viande partout, les cafés crèmes, et(cætera), mais, si je n’en avais que marre de la vie, je ne dirais pas que j’étais déprimé. Je dirais, peut-être, que je m’ennuyais. Lors d’un entretien avec quelqu’un (qui était français, je crois), l’intervieweur a demandé à tous les membres du groupe musical Nirvana s’il est ‘fun’ d’être célébrité. Je crois que tous les membres du groupe musical Nirvana ont répondu à cette question, à sa propre manière, mais je crois que c’était Cobain (Kurt) qui a répondu en disant que quand on est ‘célébrité’, on ne peut rien faire, un sentiment avec lequel les deux autres membres du groupe musical Nirvana étaient d’accord. Donc, je ne crois pas que Cobain (Kurt) aimât être ‘célébrité’. Je ne crois pas que la raison pour laquelle il a commencé à jouer dans un groupe musical était pour devenir ‘célébrité’, et à part le fait qu’il n’aimait pas trop être ‘célébrité’, il paraît qu’il avait ce qu’on appellerait, peut-être, un ‘problème de drogue’, ce qui n’implique non plus, du tout, qu’il était ‘déprimé’. J’ai l’impression, également, qu’il s’est trouvé dans une relation de laquelle il ne pensait pas qu’il pouvait s’échapper, ce qui n’implique non plus qu’il était déprimé – dans cette situation, le sentiment prédominant pourrait être un sentiment de frustration. Mais, peut-être que tout ça a mené à une ‘dépression’, même selon la définition psychiatrique stricte, surtout après son suicide. Moi, je comprends bien le sentiment de se sentir enfermé dans une relation à laquelle il paraît qu’on ne peut pas échapper. Quand un homme faible se trouve en couple avec une femme forte, une évasion semble impossible (note: c’est probablement pareil quand une femme faible se trouve en couple avec un homme fort). Comme on sait, pendant une période (infernale) de temps, je me suis trouvé en couple avec une marseillaise qui s’est trouvée, temporairement, à Paris (france). Après un peu de temps, elle commençait à parler de ‘notre’ déménagement à Marseille (france), et, pendant longtemps, quand notre relation était absolument ridicule (ridiculement mauvaise), il paraissait comme si j’allais déménager à Marseille (france). Je n’avais aucune envie de déménager à Marseille (france) – comme j’ai dit dans un article précédent, je trouve Marseille (france) ‘moche et horrible’, mais, je ne me sentais pas capable de rompre avec cette marseillaise, et plus que plusieurs fois, j’ai eu l’impression qu’elle était en train de rompre avec moi, et même si chaque fois je n’ai rien fait pour essayer de ‘sauver’ la relation (évidemment mauvaise), on est, assez miraculeusement, restés ensemble. Directement après plusieurs de ces ‘tentatives de rompre’ avec moi (de mon point de vue), on a souvent commencé à regarder le marché immobilier marseillais, ensemble. Un déménagement à une ‘ville’ aussi moche et horrible que Marseille (france) aurait été, effectivement, un suicide de mon point de vue, mais (!), il paraissait comme si je ne pouvais pas rompre avec cette jeune femme (marseillaise), et comme si chaque fois qu’elle a rompu avec moi qu’on est restés ensemble, comme par magie. Pelhamonabudget est mort quand j’étais en couple avec cette jeune femme (marseillaise), et donc, je suis mort quand j’étais en couple avec elle, mais (!), je me sentais comme si je ne pouvais pas m’échapper de cette relation, pendant assez longtemps (plus que plusieurs mois). Enfin, la relation est terminée par défaut, à la suite d’un malentendu …. via message (texte), quand elle s’est trouvée à Marseille (france), et moi à Paris (france). Si Cobain (Kurt) a choisi de vivre au lieu de mourir (par suicide), il est possible que sa relation vraisemblablement interminable soit également arrivée à terme, possiblement par défaut (même avant l’époque des messages (textes)), mais, maintenant, on ne saura jamais ça, et selon la définition (stricte) psychiatrique de la dépression, il était déprimé, même s’il me paraît qu’il était, plutôt, très (très) frustré par sa vie, plusieurs aspects de sa vie, mais, il est possible que si au moins un ou deux de ces aspects de sa vie avaient changé, et se sont améliorés, que tout aurait été mieux de son point de vue, mais maintenant, il est mort, et il n’a plus aucuns soucis, et donc, tout va bien chez lui (note: il est possible que toutes ses frustrations aient mené à la dépression).

Demain, je vais parler à mon psychiatre au sujet de mon anxiété sociale (le vendredi soir, j’ai choisi d’assister à un concert où j’étais presque sûr que je ne connaîtrais personne au lieu d’un concert où je savais que je connaîtrais des gens. Ca, c’était la seule raison pourquoi j’ai choisi le concert auquel j’ai enfin assisté) et peut-être également au sujet de mon trouble affectif saisonnier (après les jours où il faisait très chaud et beau, et il commençait à pleuvoir, je me suis trouvé dans un état de dépression sévère/extrême), si ma séance de vingt (20) minutes, à peu près, me permet de parler de tout ça. Je vous tiendrai au courant de ce qu’il dit au sujet de ces deux conditions, et de pourquoi je n’ai pas du tout ni l’une ni l’autre de ces conditions …. je ne pense pas qu’il aura assez de temps de définir, strictement (psychiatriquement), deux conditions en vingt vingt (20) minutes.

Un parapluie non accompagné …. tentative d’attentat (‘terroriste’ (oh là là)). La Bellevilloise, la Halle aux Oliviers, comme d’habitude, terrifiante. Apparemment, pas comme les concerts du soir, il faut manger si on veut regarder les concerts du matin. Il y a quelqu’un à la porte qui demande à tout le monde s’il a ‘réservé’ ou non, donc, encore, je viens à la Bellevilloise, et je ne vois aucun concert. Je suis sûr que le ‘brunch’ à la Bellevilloise, la Halle aux Oliviers, m’aurait ‘terrorisé’ (oh là là) en tout cas, tout comme le petit déjeuner du barman et de la serveuse de mon café habituel – tout comme les cafés crèmes et la viande, les œufs me terrorisent, encore plus que les parapluies non accompagnés, en fait, même si on a, tous, entendu parler des histoires concernant les meurtres où l’arme de choix était un parapluie. La mort est nécessaire pour créer un café crème, la viande, et les œufs. Ca ne me trouble pas trop que, encore, je suis venu à un concert et je n’ai rien vu – même à l’extérieur de la Halle aux Oliviers, d’où je peux entendre une foule folle, une immense anxiété me consomme. Même en évitant les foules l’anxiété me consomme …. je ne sais pas de quoi je dirai à mon psychiatre demain ….

Advertisements

From → Uncategorized

Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: