Skip to content

(PETIT BAIN (Paris) – le 18 juillet 2017)

July 18, 2017

(Nouvelle Frontière):

Alors, je ne peux pas assister au concert au Petit Bain ce soir parce qu’un groupe australien (melbournien (!)) joue au Supersonic (dit l’OPA). Ca me semble bien logique.

Je prends ce médicament anti-psychotique …. je ne peux pas dormir. C’est dommage que je ne puisse pas prendre un vrai somnifère parce que le seul que mon docteur me prescrirait, apparemment, contient du lactose.

Dans la vidéo de l’entretien avec Morrissey de qui je parle dans mon article du vingt huit décembre deux mille seize, l’intervieweur parle des chaussures de Morrissey, que l’intervieweur dit ont l’air d’être en cuir. Ce sont des mocassins, et Morrissey en enlève un et dit que non, ils ne sont pas du tout en cuir, et il montre la chaussure qu’il a enlevé à l’intervieweur, et l’interviewer est étonné. Si je me souviens bien, Morrissey dit lors de cet entretien que les chaussures sont de la marque Stella McCartney. Je pense qu’il paie plus cher pour ses chaussures que je paie pour les miennes qui viennent d’un petit magasin sur le boulevard Ornano. La prochaine fois qu’il se trouve à Paris (france), je serais heureux de lui montrer d’où on peut obtenir des chaussures en faux cuir à petit prix (douze euros, qui n’est qu’un petit prix en termes relatifs – au milieu du vingtième siècle, douze euros auraient été chers pour une paire de chaussures, surtout vu que la monnaie le ‘euro’ n’a pas encore existé à ce moment là, si je ne me trompe pas. Mais, je suppose que douze euros auraient été coûteux au milieu du vingtième siècle, et/ou encore plus tôt que ça, selon la ligne de Guthrie (Woody) ‘it takes a ten dollar shoe to fit my feet. Your two dollar shoe hurts my feet’). Dix dollars américains de la première moitié du vingtième siècle étaient, j’imagine, considérablement moins que douze euros actuels, en termes relatifs, mais, peut-être que Morrissey aimerait économiser un peu. Les chaussures qu’il portait lors de cet entretien avaient l’air ridicules, donc, peut-être que Morrissey rencontre le même problème que moi quand il cherche les chaussures en faux cuir, même s’il est prêt à dépenser plus d’argent que moi, sur ses chaussures de la marque Stella McCartney, et(cætera). Je crois que la marque Stella McCartney n’utilise jamais les produits animaux pour fabriquer leurs produits. Je crois que ce fait là est un de leurs points de différenciation. Mon ancienne amie de Saint Etienne, quand je l’ai connu, a possédé deux parapluies. Vu que je suis, philosophiquement, contre l’utilisation des parapluies, je ne possédais aucun parapluie. Un jour, vu mon manque de parapluie, elle m’a donné un de ses parapluies. Elle a gardé son parapluie de la marque Stella McCartney, duquel, apparemment, elle était assez fière – la première fois qu’elle me l’a montré, elle m’a dit ‘regarde (!). C’est de la marque Stella McCartney (!). Aucun ‘vrai’ cuir était utilisé en fabriquant ce parapluie (!)’. A un moment ou à un autre, elle m’a donc donné son autre parapluie qui n’est pas de la marque Stella McCartney et qui est, donc, peut-être fabriqué en utilisant le ‘vrai’ cuir. Peut-être que je lui aurais rendu ce parapluie si elle avait en fait rompu avec moi au lieu de disparaître, ou non. Comme on sait, à la fin d’une relation, on gagne et perdre, parfois, certains objets. Vu que j’ai toujours passé du temps avec mon amie de Saint Etienne chez moi au lieu de chez elle, quand on n’était pas dehors, je suis presque sûr que je n’ai rien perdu à la fin de cette relation, mais, je sais que j’ai gagné ce parapluie, que j’utilise de temps en temps – je suis un peu plus vieux maintenant, et donc, mes convictions ne sont plus aussi fortes qu’avant.

Je me souviens que, une fois, quelques collégiens m’ont dit que mon parapluie est ‘pour fille’. Premièrement, je leur ai expliqué que le but d’un parapluie, si je ne me trompe pas, c’est de nous protéger de la pluie, et donc, il n’y a pas les parapluies ‘pour fille’ ou ‘pour garçon’, mais seulement les parapluies efficaces ou inefficaces, et, mon parapluie était bien efficace. Après cette première explication en ce qui concerne les parapluies, je leur ai également expliqué qu’à la fin d’une relation on gagne et perd des choses parfois, et que ce parapluie là était quelque chose que j’avais gagné à la suite d’une relation. Je leur ai dit que, plus tard, ils apprendraient cet aspect de la vie.

Au cours de ma relation avec la marseillaise, on a, par contre, passé la plupart de notre temps chez elle, et donc, c’était plus probable que je perdrais quelque chose dans cette situation, et, voilà. Comme j’ai déjà écrit, je suis tellement lésé, toujours, d’avoir laissé une boîte presque pleine de préservatifs chez elle, mais, maintenant qu’il n’y a pas eu aucun contact entre nous depuis presque un an, je pense qu’il faut que j’accepte que ces préservatifs soient perdus. J’ai gagné un parapluie de mon amie stéphanoise et mon amie marseillaise a obtenu des préservatifs (et certaines autres choses, en fait) de moi à la fin de ces relations. Evidemment, de toutes les choses que j’ai laissé chez la marseillaise, c’est les préservatifs qui me troublent plus que toute autre chose. Je pense que, peut-être, la marseillaise est revenue à Marseille (france) et que, peut-être, elle est à nouveau en couple avec son ex-copain. En tout cas, si elle n’habite plus dans le dix huitième arrondissement (de Paris (france)), ça me plaît. Je ne veux pas du tout croiser cette individue. Si je l’ai croisé, je pense que mon premier mot serait ‘merde’, et, à un moment lors de notre relation, il y a eu une grande histoire ‘controversée’ (oh là là) où une de ces ‘amies’ (qu’elle n’aime même pas) a croisé son ex-copain (qui s’est caché de cette jeune femme, qui n’était jamais son amie mais plutôt celle de la marseillaise, et, même la marseillaise n’aime vraiment pas la jeune femme en question, il faut supposer selon toute la merde qu’elle dit au sujet d’elle), et elle ne l’a pas laissé tranquille – au lieu de cela, en fait, elle a intentionnellement cherché ce mec qui ne voulait évidemment pas la voir/lui parler, et, quand elle a trouvé sa cachette, son premier mot était ‘merde’, et, de plus, il a apparemment confondu le sexe du/de la bébé de cette jeune femme, ce qui était, apparemment, également ‘controversé’ – je n’ai rencontré qu’une seule fois (deux fois, en fait) cette jeune femme et il faut dire que je ne me souviens pas non plus du sexe de son/sa bébé, mais, je crois que c’est une fille. Si la marseillaise est bien, à nouveau, avec son ex-copain, en couple, je lui souhaite une bonne continuation, qui ne sera pas du tout ‘heureuse’, tout comme une continuation avec moi, en couple, n’aurait pas été ‘heureuse’ ni ‘bonne’ non plus. Elle pense que cet ex-copain est ‘psychopathe’ et elle soupçonne qu’il est homosexuel (deux ‘accusations’ qu’elle a également lancé contre moi, pour des raisons complètement différentes), mais quand même, je lui souhaite une bonne continuation, pleine de tout transfert psychologique possible – certains supposaient que la stéphanoise était folle, mais en fait, c’est enfin clair que c’est la marseillaise qui était toujours folle. La stéphanoise était malade, mais pas folle – peut-être qu’elle a maintenant surmonté ses maladies et qu’elle va bien à Washington (DC), ce qui me plairait bien. La folie, par contre, est plus difficile de surmonter, je pense, sans une période prolongée dans un asile de fous, et(cætera), et vu que la marseillaise est la fille en or de sa famille, je pense qu’elle ne se rendra jamais compte qu’elle est folle (sa famille ne se rendra jamais compte de sa folie non plus, parce que c’est sa petite sœur (qui n’a que vingt ans, à peu près) qui est folle, parce qu’en ce moment elle ne veut pas un copain, presque certainement parce que sa grande sœur est son modèle de rôle), et donc, elle ne fera jamais rien pour rectifier sa folie, et donc, elle continuera, pour toujours, à transférer toutes ses pensées/émotions sur son partenaire, si c’est son ex-copain ou non – je suis sûr que même si elle n’est pas, à nouveau, avec son ex-copain, et qu’elle n’est pas encore revenue à Marseille, qu’elle a trouvé un nouveau copain à Paris (france), qui ne voudra pas déménager à Marseille (france) pour être avec elle (parce que Marseille (france) est une ‘ville’ horrible (et(cætera))). Elle est quelqu’un qui ne peut pas être célibataire – ça, c’est absolument clair. Peut-être que j’étais libéré de son étau parce qu’elle a rencontré quelqu’un de nouveau, peut-être même la personne avec qui je lui ai dit qu’elle pourrait avoir une bonne relation. Mais, voilà.

Alors, Nouvelle Frontière, et, je n’ai, évidemment, pas beaucoup à dire au sujet de cette artiste. Si je ne me trompe pas, elle n’a qu’une seule chanson sur internet en ce moment, et de cette seule chanson, je ne peux pas décider si elle est une artiste pour laquelle j’ai envie de quitter chez moi. Peut-être que plus tard je la verrai (en concert), ou non, mais en ce moment, je ne suis pas capable d’arriver à une décision en ce qui concerne si j’ai envie de la voir ou non, et après mon aventure dans le RER d’hier, je préférerais bien rester tranquille chez moi. Voilà.

Bonne continuation, chère marseillaise, et bon courage.

Advertisements

From → Uncategorized

Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

%d bloggers like this: