Skip to content

CONCERT RATE DU 14 JUILLET 2017

July 20, 2017

Putain que j’en ai marre des clochard/e/s qui croient que tout leur est dû. Encore (je crois, mais il faut dire que je ne suis pas sûr), une clocharde m’a dit ‘tu pourrais me regarder quand même’, ou quelque chose de semblable. Ca s’est passé hier soir en rentrant du Supersonic (dit l’OPA). Ca s’est produit, également, au même endroit que la dernière fois (la place de la République, côté Goutte-d’Or). Je ne pense pas vite, il faut dire, mais, j’aurais dû dire ‘non: en fait, il faut que tu marches aussi vite que moi’. Je ne savais même pas qui m’a demandé de l’argent – j’ai entendu une petite voix pitoyable derrière moi, et vu que cette voix est émanée de derrière moi, je ne suis pas certain, en fait, que c’était moi qui a provoqué l’ire de cette clocharde particulière, que je n’ai jamais vu, ni avant sa demande, ni pendant sa demande, ni après sa demande. Si tu n’es même pas à côté de quelqu’un quand tu lui demandes de l’argent, et qu’il faudra, donc, que la personne à qui tu parles tourne la tête pour te regarder, franchement, tu demandes trop. Il ne faut pas que la personne à qui un/e clochard/e parle tourner la tête: il faut que le/la clochard/e soit au moins vaguement devant les yeux de la personne quand il/elle fait sa demande – on regarde où on marche, pas derrière nous, normalement. On risque une blessure si, chaque fois qu’un/e clochard/e nous aborde, on se tourne la tête (plus que cent quatre vingt degrés) pour lui regarder. Il faut que les clochard/e/s respectent l’étiquette de leur métier: il ne faut pas que les gens tournent pour regarder quelqu’un qui est nul à son métier (de choix).

Il y a quelques jours, j’ai passé devant quelqu’un que je passe devant tous les jours. Il ne mendie pas de l’argent. Il s’assoit sur une petite marche et devant lui il y a une petite affiche qui dit qu’il a trop de fierté pour demander de l’argent des gens sans rien faire, et donc, il propose de laver les chaussures des gens. Donc, voilà: le service qu’il propose tous les jours. Mais, il y a quelques jours, il n’était pas assis derrière son affiche mais il était, plutôt, debout devant son affiche, au téléphone (portable) moderne et technologique. Evidemment, il va très bien avec sa petite entreprise, et, franchement, si la plupart des clochard/e/s possèdent des tels téléphones, je pense que c’est eux/elles qui devraient me donner de l’argent. Après que j’aie vu ce clochard en train d’utiliser son téléphone (portable) moderne et technologique, je me sus dit qu’à partir de maintenant, chaque fois que quelqu’un me demande de l’argent dans la rue que je demanderai de voir son téléphone (portable), après quoi je leur demanderai quand il s’est fait couper les cheveux la dernière fois et également si je peux regarder pour voir si son pantalon a des trous. S’il a un téléphone (portable) plus moderne/technologique que le mien, s’il s’est fait couper ses cheveux il y a moins de deux ans et si son pantalon n’a aucuns trous, je lui dirai qu’il me semble comme s’il devrait me donner de l’argent, pas le contraire. Mais (!), il faudrait que la personne soit devant mes yeux pour lui poser de telles questions.

Récemment, bizarrement, une personne s’est approchée de moi et m’a dit, tout simplement, ‘je n’ai pas d’hébergement’. Je lui ai répondu en disant ‘ah bon?’, parce que ça me semblait être la seule réponse logique à une telle déclaration. Apparemment, il aime beaucoup dire aux gens, aléatoirement, qu’il n’a pas d’hébergement. On a tous nos croix àporter. Peut-être que je devrais dire à tout le monde que je vois dans la rue que je ne peux plus aller aux supermarchés (à cause des visions inévitables des animaux morts et surtout du lait de vache et des œufs) et que je ne peux pas non plus acheter des provisions ‘en ligne’ (oh là là) parce que partout sur le site (web) du supermarché carrefour il y a des images des animaux morts et des produits dérivés des animaux, et donc, à nouveau, j’attends ma mort par la faim. Si je disais tout ça à tout le monde que je vois dans la rue, je pense que tout le monde s’en foutrait, et également que tout le monde serait légèrement confus, parce qu’en disant tout ça, je ne demanderai rien, tout comme mon ami qui n’a apparemment pas d’hébergement. Il aime, apparemment, dire à chaque étranger qu’il voit dans la rue chaque aspect de sa vie qu’il considère comme étant pertinent. Moi, je pense que tout le monde devrait commencer à faire ça. Si tout le monde faisait ça, le monde serait considérablement plus ‘sociable’, et il y a apparemment des gens qui pleurent le manque de sociabilité dans le monde aujourd’hui, surtout dans des ‘grandes’ villes.

Apparemment, il est possible de regarder la mort quand elle est en train de porter atteinte à quelqu’un. Il y a un vieux qui vient effectivement tous les jours à mon café habituel, et chaque fois que je le vois, il a l’air plus vieux que la dernière fois. C’est assez intéressant, en fait, de regarder quelqu’un qui est en train de mourir. Je me demande s’il se regarde dans le miroir tous les jours et voit clairement qu’il est en train de mourir, et que la vie est en train de s’écouler de son corps. Evidemment, tout le monde est en train de mourir, mais peut-être qu’à un certain moment dans la vie le processus de mort devient absolument et clairement apparent, quotidiennement. C’est la personne qui m’a demandé si je pourrais traduire quelque chose pour lui, après quoi, peut-être à cause de mon manque d’enthousiasme, il ne m’a jamais plus parlé de ce projet de traduction. Il m’a récemment demandé si je pourrais critiquer un disque s’il me l’a donné. En réponse à cette demande, je lui ai dit que oui, mais il ne m’a pas encore donné le disque …. peut-être qu’il sera mort avant qu’il se souvienne d’apporter le disque au café.

Hier, j’ai assisté à deux concerts. Le premier des deux était le produit d’une décision spontanée, parce que j’avais passé une superbe fin de journée avec deux personnes qui allaient aller au premier concert, et, vu que tout ce que j’aurais fait si j’étais rentré chez moi avant le concert pré-planifié aurait été de dîner (j’ai toujours un peu de nourriture chez moi), j’ai décidé, au dernier moment, quand on allait prochainement se dire au revoir, que je viendrais au concert avec elles. Chaque fois que je vois une de ces personnes je dis (ou pense. Hier, je n’ai que pensé) ‘merde’, parce que j’ai eu un livre qu’elle m’a emprunté il y a au moins deux ou trois ans, et, je voudrais bien lui rendre ce livre, mais, chaque fois que je quitte chez moi pour la voir, je ne pense pas au livre – c’est normalement quand je suis dans les transports en commun en route pour lui rejoindre que je pense au livre. L’autre personne n’a que dix neuf ans, mais selon moi elle n’a que dix huit ans …. pour toujours elle n’aura que dix huit ans selon moi. Dans le passé, chaque fois que je verrais la personne qui m’a prêté le livre, on chercherait un bar qui avait des tabourets devant son comptoir pour qu’on pût économiser – c’était toujours elle qui voulait s’asseoir au comptoir. Maintenant, elle est heureuse de s’asseoir n’importe où dans les cafés, donc, je suppose qu’elle va mieux, financièrement, ces jours ci. L’autre personne qui était présente hier, qui a dix neuf ans ans mais dix huit ans selon moi, n’avait pas encore dix huit ans la dernière fois que je l’ai vu – elle fait, en principe, les dessins pour un livre que j’ai écrit il y a quatre ans, à peu près, mais, il me semble comme si elle ne finira jamais le projet vu que depuis la dernière fois qu’on s’est vus, il y a quelques ans (avant qu’elle eût dix huit ans), quand on a discuté le projet pour la première fois, elle n’a réussi qu’à faire plusieurs esquisses, mais, elle a maintenant fait un story board, qui a l’air impressionnant, mais, je crois qu’elle ne compléterai jamais le projet, vu sa tendance de devenir obsédé par des personnages particuliers pendant des périodes de temps prolongées – au café où j’ai assisté au premier concert d’hier soir, elle était obsédé par un personnage particulier; plus tôt dans la journée, elle avait été très (très) déçue d’avoir laissé ses esquisses d’un autre personnage chez elle …. tout comme j’ai oublié le livre (que je n’ai jamais demandé d’être prêté) chez moi. Elle a également confondu le jour de la semaine: elle avait pensé qu’elle avait classe, mais enfin, non.

Alors, le quatorze juillet deux mille dix sept, j’ai l’impression que j’ai raté un concert – je pense que je sais le concert que j’ai raté même, mais, je n’étais physiquement pas capable d’assister au concert, pour une raison ou une autre, et, de plus, je n’aurais pas dû avoir les détails du concert – c’était à cause d’une technicité que j’ai eu les détails du concert, et vu mon état physique du jour en question, je ne pouvais pas, réalistement, assister à un concert. Je pense que, vu que je n’aurais pas dû avoir les détails du concert que ma décision de ne pas y assister était également mentale, dans une certaine mesure. Mais, voilà. J’ai maintenant fait la paix avec ce concert, et donc, je peux tourner la page sur lui, et donc, tout va bien (!).

Oui (!).

Advertisements

From → Uncategorized

Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: