Skip to content

FEIST ET LA ROMANCE D’AUJOURD’HUI

August 2, 2017

Voilà. Feist (Leslie) comprend plus que tout autre artiste aujourd’hui ce que c’est d’aimer, et surtout ce que c’est de perdre la personne qu’on aime. Peut-être que ça vous étonne que je choisisse d’étudier la romance par le médium de la chanson en parlant de Feist (Leslie) et pas de Soko(linski (Stéphanie)), mais, même si je considère Soko(linski (Stéphanie)) comme la meilleure écrivain de chansons depuis Dylan (Bob), les sujets de ses chansons sont plus variés que ceux de Feist (Leslie), on dirait: bien sûr qu’elle parle des relations romantiques ratées, mais ça, c’était surtout dans sa jeunesse – aujourd’hui, elle parle d’effectivement tous sujets dans ses chansons, ce qui n’implique pas qu’elle est une meilleure écrivain de chansons que Feist (Leslie) ou non – là, on ne s’intéresse pas à qui est la meilleure en tant qu’écrivain de chansons, on s’intéresse, plutôt, à quelle écrivain étudie plus profondément la romance, et cette écrivain, sans aucun doute, est Feist (Leslie).

Alors, la plupart des écrivains de chansons étudient l’amour et la romance en parlant des relations ratées, et Feist (Leslie) n’est pas exceptionnelle à cet égard. Les écrivains de chansons ne parlent normalement pas des amours non réciproques ou des relations actuelles, et Feist (Leslie) non plus – mais, plus que tout autre artiste, elle comprend ce que c’est d’aimer et de perdre cet amour, mais, est-ce qu’elle a vécu beaucoup de cœurs brisés et relations ratées? Ca, on ne peut pas savoir. Soko(linski (Stéphanie)), par contre, est une artiste dont on croit chaque mot quelle chante – encore, ça ne rend pas une artiste meilleure qu’une autre. Certains artistes écrivent ce qui vient du cœur, certains écrivent au sujet des vrais événements, certains écrivent philosophiquement …. j’ai l’impression que Feist (Leslie) écrit philosophiquement plutôt qu’au sujet des vrais événements (il est important de noter que quand ce qu’on écrit vient du cœur, on peut facilement être en train d’écrire au sujet des vrais événements du passé, et peut-être qu’il faut qu’on écrive à plusieurs reprises au sujet de certains événements du passé – ça, c’est souvent le cas chez moi, et peut-être chez Feist (Leslie) aussi).

Feist et la romance d’aujourd’hui. Il faut faire beaucoup attention au dernier mot du titre de cet article. Il me semble comme si les relations (en général, pas uniquement les relations romantiques) étaient plus simples dans le passé. Il me semble comme s’il était plus facile de cultiver des relations, de garder vivant des relations, et(caetera), dans le passé. Je pense, personnellement, que les relations étaient plus faciles de garder vivant dans le passé à cause de la technologie: dans le passé, une personne (ou les deux personnes) irait au travail et pendant huit heures (à peu près) ce serait effectivement impossible pour les deux de se contacter, et donc, à la fin de la journée quand les deux se sont retrouvés, ils avaient, en fait, quelque chose à raconter à l’autre …. ce qui s’est passé au cours de la journée, et(caetera) – maintenant, tout ce qui s’est passé au cours de la journée a déjà été raconté quand les deux se retrouvent à la fin de la journée, et donc, il n’y a rien à dire, à part tout ce qui a déjà été raconté une centaine de fois. Pendant toute ma vie, je dirais que la meilleure relation j’ai jamais vu consistait en deux personnes qui partageaient un seul téléphone (portable) – à la fin de chaque jour, je suis sûr qu’ils ont plein de choses à raconter à l’autre, parce que tout ce qui s’était passé n’avait déjà pas été raconté. Je sais avec certitude qu’au moins une des personnes qui fait partie de cette relation n’a pas un compte facebook (oh là là) non plus. On dirait que cela est une relation à l’ancienne, et, pas étonnamment, elle est plus fonctionnelle que chaque autre relation que j’ai jamais observé …. évidemment de l’extérieur: peut-être qu’ils montrent leur visage apparemment parfait au monde mais, en fait, leur relation est ravagée par des problèmes – on ne peut jamais savoir ce qui se passe derrière les portes closes, évidemment.

Alors, il y a une chanson de Feist (Leslie) que, je pense, incarne parfaitement la romance d’aujourd’hui, et cette chanson est ‘let it die’. Cette chanson, dans sa totalité, représente parfaitement les émotions qu’on ressent à la fin d’une relation: ‘don’t you wish that we could forget that kiss, and see this for what it is, that we’re not in love’ – cette ligne là n’est pas toujours le cas, mais normalement, selon cette ligne/Feist (Leslie), dans la plupart des cas les fins des relations sont causées par les erreurs de jugement – on confond des sentiments amicaux très forts avec des sentiments romantiques, et ça, c’est très facile de faire: qu’est-ce que la différence entre une amitié et une relation? le premier baiser qu’on ne peut jamais oublier ou imagine qu’il n’aitjamais existé. Après ce premier baiser, il n’y a pas un échéancierpré-établipour quand on se rendra compte que ça, cette relation, est une erreur. On n’embrasse pas nos amis, ça, c’est la seule différence entre une amitié et une relation, et, on ne passera pas, nécessairement, la plupart de notre temps avec un meilleur ami, mais, peut-être que oui. Ces différences sont intrinsèques et sont analysées en profondeur au cours de la chanson ‘let it die’ de Feist (Leslie).

On remarque une opinion opposée dans une chanson par un autre canadien, un certain Cohen (Leonard) – la chanson en question, cette fois, c’est ‘ain’t no cure for love’. Là, Cohen (Leonard) se languitd’une amoureuse perdue, et il est clair que malgré le fait que les deux artistes ressentent une certaine tristesse d’avoir perdu cet/te amoureux/se que les perspectives des deux sont bien différentes. Cohen (Leonard) sait que le ‘love is real’; Feist (Leslie) sait qu’il ne prendra pas longtemps de tomber amoureuse à nouveau, parce qu’elle a appris ce qu’elle ne veut pas pendant qu’elle était en couple avec la personne en question.

Peut-être, vu les âges différents de chaque artiste, leurs perspectivesde l’amour sont différents, ou peut-être que, tout simplement, les deux avaient vécu des histoires différentes, l’un d’eux croyant que le ‘love is real’, l’autre, non. Peut-être qu’à l’époque où la chanson ‘ain’t no cure for love’ était sortie, quand une relation s’était terminée, on ne pensait jamais à la possibilité qu’une amitié puisse être sauvée d’une relation ratée, et peut-être qu’on ne pensait jamais que, peut-être, on s’est trompés, et que, en fait, notre relation était toujours amicale et jamais, vraiment, romantique (il faut noter que Feist (Leslie) ne parle pas de la possibilité d’une réconciliation amicale dans sa chanson non plus (dans le refrain, elle chante ‘the saddest part of a broken heart, isn’t the ending, so much as the start’), mais plutôt que c’est tout simplement dommage qu’ils aient pensé que leur relation était romantique au lieu d’amicale, parce qu’après cette erreur initiale, il est impossible de cultiver une relation amicale).

La plupart des chansons de Feist (Leslie) parlent des histoires d’amour, ratées ou non, et ça, évidemment, est un sujet qui est souvent abordé dans le monde de la chanson populaire – Soko(linski (Stéphanie)) n’abordent plus les histoires d’amour dans effectivement toutes ses chansons, ce qui est pour le mieux – ça démontre la maturité de sa part parce que quand ses chansons parlaient, pour la plupart, de ses histoires d’amour (ratées ou non), elles étaient enfantines, et on la considérait comme une artiste qui était seulement capable d’écrire des chansons enfantines – on ne l’a pas considéré comme une artiste polyvalente, et donc, on pourrait facilement s’ennuyer en écoutant sa musique. Ca n’est heureusement plus le cas, et si quelqu’un disait qu’elle n’est qu’une artiste avec un accent mignon, cette personne aurait tort.

Feist (Leslie) et Cohen (Leonard) sont des artistes mûrs, et donc, on n’a pas, jamais, l’impression que leurs chansons parlent, forcément, des ‘vrais événements’ de leurs vies, même si, sans doute, presque toutes leurs chansons étaient inspirées par des événements qui se sont produits lors de leurs vies.

Alors, est-ce que c’est meilleur de ne pas vivre les cœurs brisés même si avant que le cœur soit brisé on a passé, bien sûr, des bons moments avec la personne concernée? Feist (Leslie) dirait que non, selon ses paroles du refrain de la chanson ‘let it die’; Tennyson (Lord) ne serait pas du même avis, et peut-être que Cohen (Leonard) non plus. Donc, si on croit les mots de Feist (Leslie) dans la chanson ‘let it die’, on dirait, vu qu’elle est une artiste de la génération ‘actuelle’, que ces jours ci on préfère ne pas risquer la peine qui est toujours une possibilité quand on est en couple et que, donc, on choisit d’éviter les relations pour éviter les cœurs brisés …. mais (!), il est encore possible que certains préfèrent se languir comme Cohen (Leonard) après avoir risqué un cœur brisé et que certains autres préfèrent risquer un cœur brisé si pendant un moment on passe des bons moments avec un autre, comme Tennyson (Lord). Si Feist (Leslie) représente le monde ‘moderne’, on ne risque pas un premier baiser parce qu’on ne veut pas risquer un chagrin plus tard. Si Feist (Leslie) représente le monde actuel, la vie est entre des bonnes mains, et je pense que notre avenir sera bien grand, sans aucuns cœurs brisés et aucuns chagrins d’amour.

Cet article n’a aucune conclusion: on vivra, tous, nos vies comme on veut les vivre, et enfin, la vie sur terre, il me semble, continuera.

Advertisements

From → Uncategorized

Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: