Skip to content

PETIT BAIN (Paris) – le 2 septembre 2017

September 2, 2017

(Lemon Swell):

Et, voilà. Là, je me retrouve à mon café habituel, d’où hier j’étais chassé. Ce matin, en me préparant, je n’avais même pas envie d’y venir, là, où je viens tous les jours. Hier, une horreur s’est produite là. J’étais là, tout tranquillement, en essayant d’écrire un livre qui me frustre, un livre que je pensais deviendrait plus facile d’écrire dès que j’avais, enfin, réussi à tuer le personnage qui représente mon ancienne amie la marseillaise, mais, hélas (!), non! Maintenant, le personnage principal est mon amour imaginaire, et ça, je crois, est un sujet encore plus difficile d’aborder. Je la vois souvent, presque tous les jours, à mon café habituel, et donc, malgré mes pages de notes que j’ai fait au sujet de comment j’aborderai ce sujet, c’est difficile de ne pas penser au (et donc parler du) présent, même si, ces jours ci, je préférerais ne pas la voir, un bien triste fait. Rien ne se passera jamais entre nous, donc, c’est pas la peine de la voir, ce qui mène, presque tous les jours (tous les jours que je la vois), à une dépression, ou au moins aux réflexions concernant comment je pourrais gagner le cœur précieux de cette superbe fille remarquable, et donc, c’est mieux, tout simplement, de ne pas la voir.

Mais (!), hier, je n’étais pas chassé du café par l’apparition de cette superbe fille remarquable de cœur précieux. Non. J’ai quitté le café avant son apparition hier, heureusement, heureusement même si j’étais immergé dans une dépression profonde – c’était heureux que je ne l’aie pas vu, que j’aie quitté le café avant son apparition (qui se serait produite, presque certainement, moins d’une heure plus tard), parce que ça n’aurait que rendu mon état encore plus déprimé.

Après la détresse d’hier, j’avoue que ce matin je n’avais même pas envie de quitter mon appartement, pour venir à mon café habituel. Je pense que c’est la première fois que j’ai ressenti ce sentiment, le sentiment de ne pas vouloir venir à mon café habituel, mon seul sanctuaire au monde, mais, le traumatisme qui m’a trouvé ici, au café, hier était tout simplement trop extrême à supporter. Mon traumatisme était évident par le fait qu’hier après-midi j’aie essayé, pour la troisième fois, d’aller à un café végan particulier (évidemment pas le Gentle Gourmet Café, vu que je voulais aller à ce café pour être soulagé, pas traité comme un abruti qui est obligé de s’asseoir à la table des loseurs) – le café végan où je voulais aller, où je veux aller, un jour, ressemble, apparemment, à un café ‘normal’, pas comme tous les autres cafés ‘végan’ (comme le Gentle Gourmet Café) qui doivent (nécessairement, apparemment) être le plus cliché (et anglicisé) possible. Donc, je suis y allé, pour la troisième fois, et, hélas (!), il n’y avait aucunes chaises et tables sur la terrasse, ce qui était un mauvais signe, et sur la porte il y avait une affiche qui disait que le café rouvrirait le deux septembre deux mille dix sept, autrement dit, aujourd’hui. La première fois que je suis y allé il était bien ouvert, mais, encore, j’étais trop découragé (à cause de quelque chose qui venait d’avoir lieu à mon café habituel) pour y entrer (hier, je pense que j’étais déterminé à y entrer, et que je l’aurais entré malgré ma dépression), et la deuxième fois que j’ai passé devant ce café ‘végan’ (oh là là) j’étais accompagné, à l’improviste, par deux proches australiens, et vu que je n’avais pas prévu de voir ces australiens ce jour là, je ne savais pas ce que je ferais avec eux, et donc, je n’avais pas su que je me trouverais sur la rue où se trouve le café, et donc, je n’ai pas su l’adresse dudit café, et donc, j’avais pensé que j’avais passé directement devant le café sans le remarquer (parce qu’il ressemble à un café ‘typique’), malgré le fait que je l’ai cherché attentivement, mais (!), maintenant, je pense qu’il était déjà fermé pour les ‘vacances’ et que ça, c’était la raison pour laquelle je ne l’ai pas vu. Mais, il paraît, vraiment, comme si ce café est un de ces lieux maudits, et que je ne boirai jamais un café là – le café où j’ai voulu aller trois fois, sans succès, est le deuxième café végan (qui ressemble à un café ‘normal’) de ses propriétaires, alors, peut-être qu’il faut que j’aille à leur premier café. Alors, la première fois que je suis allé à ce café, quand il était ouvert, j’étais découragé parce que j’étais tout prêt à changer de café habituel, et ça, c’est un moment d’importance énorme. J’en avais marre de voir des gens qui mangeait du bacon de des œufs (et(cætera)) et de sentir de tels repas, mais, le prospect d’un changement de café, à ce moment là, était quelque chose de trop extrême pour moi, et donc, je restais à mon café habituel actuel, malgré ses odeurs de la mort et des flux menstruels d’une autre espèce. Hier, je n’allais jamais changer définitivement de café habituel, mais je voulais essayer, à nouveau, d’écrire mon livre actuel, ce qui n’allait pas être possible à mon café habituel parce que …. le matin, un connard, quand il s’est préparé à partir, a demandé ce qui allait être au menu du déjeuner, et dès qu’il avait posé cette question, je savais que la réponse allait tuer, complètement, mes efforts d’écrire ce livre de merde. La réponse à sa question bête était ‘la dinde’, et voilà, donc, je ne pouvais pas rester à ce café ce jour là.

Je ne peux pas croire la manière par laquelle les gens peuvent parler du meurtre de masse aussi nonchalamment. Là, ils parlaient d’un animal (et évidemment beaucoup d’animaux, parce que je ne crois pas qu’une seul dinde puisse nourrir tout le monde qui souhaitait déjeuner à ce café/restaurant ce jour là) qui était vivant et qui a été tué sans raison – il y a, toujours, une option végétarienne à ce café/restaurant (je ne sais pas si c’est végane ou non), et donc, les propriétaires savent qu’il y a des gens qui ont des consciences et qui ne seraient pas à l’aise en mangeant un animal qui avait été tué uniquement pour eux, et donc, il faut, évidemment, qu’ils se demandent pourquoi certains ne sont pas à l’aise en mangeant des animaux morts, parce qu’il y a, évidemment, des bonnes raisons pour ça. Hier, en entendant le ton aussi nonchalant avec lequel on parle des animaux morts (tués pour la nourriture, sans aucune vergogne) à ce café/restaurant, je ne pouvais pas y rester. J’étais dégoûté, et donc, j’ai pris la fuite, et j’étais découragé et déprimé par le monde dans lequel, apparemment, je vis.

Tout le monde sait bien que, moralement, éthiquement, et(cætera), c’est pas du tout correct de tuer des animaux pour la nourriture (ou, encore pire, de payer quelqu’un pour tuer des animaux qu’on va manger, parce qu’on ne serait pas capable de tuer des animaux nous-mêmes), mais tout de même, on les consomme, et on parle de leurs carcasses nonchalamment, aussi nonchalamment qu’Hitler et ses acolytes ont parlé des ‘crimes’ qu’ils ont commis. Si c’est un crime de tuer, c’est un crime de payer quelqu’un d’autre pour tuer pour nous – ce n’était pas Hitler lui-même qui a tué des millions (pas des milliards, il faut noter (!)), mais quand on pense au ‘mal’ dans le monde, c’est Hitler à qui on pense premièrement. Si tu manges de la viande, tu es pire qu’Hitler, tout simplement. Tu soutiens une industrie qui abat les milliards, sans aucun remords, et donc, tout comme Hitler, tu es heureux que les êtres soient tués pour toi, mais tu n’es pas prêt à les tuer toi-même …. lâche, connard, et(cætera), tout comme ton ami, ton meilleur, cher ami, monsieur Hitler. J’espère que tu t’étouffes en mangeant de la viande, lie des lies. C’est un monde dégoûtant, et ça, c’est le cas à cause de toi, à cause de toi seul. Con.

Ah oui. Et, évidemment, mes voisins, la famille qui met toute leur merde sur le palier parce que, tout simplement, leur appartement est fait pour une personne, et même pour une personne il serait petit, ont mis leurs déchets dans un sac kfc sur le palier, pour que, si je n’étais pas encore sûr qu’ils sont des connards auparavant, il n’y ait plus aucun doute. Alors, quand les odeurs de la viande entrent dans mon appartement à partir de maintenant, je supposerai qu’elles viennent de chez la famille. J’aime bien mon autre voisin d’à côté, et donc, je supposerai que l’odeur de la marijuana qui entre souvent dans mon appartement vient de chez lui, pas chez la famille. On sait bien, également, qu’ils aiment bien penser à leur santé, cette famille, vu que, maintenant, je dois supposer que leur dîner typique consiste en la nourriture qu’ils obtiennent chez kfc. Moi, je ne savais même pas qu’il y a eu un restaurant kfc dans la Goutte-d’Or, mais, il est possible que je me trompe là, ou, peut-être qu’ils procurent leur dîner kfc de quelque part d’autre, mais, ce que je sais c’est qu’ils n’ont aucune honte, et qu’ils me dégoûtent.

Mais, voilà. Le Petit Bain, et …. aucun concert. J’ai vu une guitare, un microphone, et(cætera), mais aucun concert. J’ai raté Trotski Nautique là, au Petit Bain, une fois, et je me souviens que j’ai trouvé incrédule que je les aie raté, que ce soit impossible, et, encore, je pense que c’est impossible que j’aurais raté l’artiste de ce soir (Lemon Swell), et je trouve également incroyable qu’il ait déjà fini son set dès mon arrivée. Donc, je pense que le Petit Bain est le seul lieu de concert parisien où les concerts commencent, vraiment, à l’heure, et que, également, les sets des artistes sont très courts là – ça, c’est tout ce que je peux penser, parce que je ne comprends pas du tout comment j’ai raté Lemon Swell ce soir, tout comme je ne comprends pas, encore, comment j’ai raté Trotski Nautique là il y a longtemps. Et, vu les repas qui sont constamment servis dans le restaurant du Petit Bain, consistant en la viande et en le poisson, c’était évidemment impossible pour moi d’y rester, sans une distraction, et donc, je suis rentré chez moi, où j’ai espéré que je ne sentirais ni la viande ni le poisson.

Fin.

Advertisements

From → Uncategorized

Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: