Skip to content

PARC DE BECON (Courbevoie) – le 3 septembre 2017

September 3, 2017

The Healing Tree:

Je me souviens d’un moment bien déconcertant, qui s’est produit il y a quelques années. J’étais chez moi, au lit, et je pouvais entendre la musique (qui émanait de l’appartement du voisin que j’aime, le voisin qui aime fumer la marijuana (son appartement se situe directement à côté de mon lit, à gauche)), et je pouvais également reconnaître la voix de Cave (Nick), mais (!), je n’ai pas reconnu les chansons ni l’album que mon voisin écoutait, ce qui était étrange (et déconcertant), parce que, si je ne me trompe pas, je possède tous les albums de Cave (Nick), et donc, je n’ai pas du tout compris cette situation. Le lendemain je procurais l’album le plus récent de Cave (Nick), ce que je pensais/j’espérais éclaircirait ce mystère, mais, hélas (!), la musique sur cet album n’était pas ce que mon voisin avait écouté la veille, et donc, jusqu’aujourd’hui, cette nuit demeure un mystère: il y a un album de Cave (Nick) que je ne possède pas, mais, il faut dire que je pense également que l’album en question n’existe pas, et donc, que ce serait difficile de posséder l’album concerné, en toute honnêteté.

Parfois, quand je parle au téléphone, surtout si la conversation est ‘importante’, je m’assois sur un petit tabouret (quand une conversation téléphonique n’est pas ‘importante’, je m’allonge, à peu près, sur mon canapé), et, parfois, mon voisin frappe à ma porte et me demande s’il pourrait emprunter ce petit tabouret parce qu’il va avoir une petite soirée chez lui – il ne m’invite jamais à ses petites soirées, malgré le fait que mon petit tabouret est invité, mais, je ne sais pas si j’assisterais à une de ses petites soirées même si j’étais invité. Je peux entendre la gaieté de ses soirées de chez moi, et, franchement, je ne suis pas assez gai pour y assister. Les gens rigolent (et(cætera)), donc, voilà: la soirée est trop gaie pour moi.

Apparemment, l’être humain est une bête sociale. Je me demande, alors, pourquoi je déprime directement après que je retrouve un ‘ami’ (ou une connaissance). Les rendez-vous sociaux, à mon avis, sont une perte de temps, même si, il faut dire, je ressens, parfois, un sentiment d’euphorie au cours de certains rendez-vous avec certains individus. Même si je ressens un sentiment d’euphorie au cours d’un rendez-vous social avec quelqu’un, je déprime, tout de suite, après que cet ami/cette connaissance et moi se dise au revoir. Je pense à tout ce que j’aurais pu faire au lieu de voir cet individu, et je déprime. Voilà.

Je passais ma relation avec la marseillaise dans un état dépressif constant. Vu que tout mon temps, littéralement, était passé avec elle, ou en contact téléphonique avec elle, il était inévitable que je déprime. Selon elle, je crois, je ne sais pas comment être dans une relation – ça, c’est fort possible, sinon, je ne sais pas comment être dans une relation avec elle …. je pense que, vu ce qu’elle considère être une relation, elle va se trouver dans beaucoup de relations où son partenaire déprime. Son partenaire avant moi a déprimé quand elle l’a retrouvé dans la capitale, ce qui est dommage pour lui, parce qu’il paraît comme si, pendant que leur relation était à distance (ce qui était le cas pendant un an), il a bien profité des ‘plaisirs’ de la capitale, qui n’existent tout simplement pas à Marseille. Dès l’arrivée de la marseillaise, ma marseillaise/notre marseillaise, il a vécu la vie d’un ermite, et, voilà: il a déprimé. C’est la marseillaise qui m’a dit que je devrais voir un psychiatre, et vu que j’ai déprimé, elle a eu, probablement, raison, mais, je pense que c’est évidemment elle qui a besoin d’une psychanalyse plus que moi et plus que son ex-copain avant moi, parce qu’il faut, vraiment, qu’elle découvre la raison pour laquelle ses copains deviennent, toujours, déprimés quand ils sont en couple avec elle, mais, elle ne se soumettrait jamais à une psychanalyse. Selon elle, et selon sa famille, elle est la fille en or, et donc, elle ne fait jamais des erreurs.

Mais, pendant cette relation folle, j’étais, toujours, accompagné, et donc, j’ai bien réalisé l’aspect social nécessaire de l’être humain, mais, le problème avec cette relation était que je n’ai pas eu assez de temps de solitude/assez de temps pour faire ce qui me passionne, et donc, j’ai déprimé. Ce qui se passionne la marseillaise est d’être en couple et d’être constamment accompagné, mais, je me souviens que même elle a déprimé au cours de cette relation, et donc, il est clair que ce qu’elle considère être une relation n’est pas du tout ‘sain’ (sain et malsain sont deux de ses mots préférés). Mais, j’ai perdu mon identité au cours de cette relation, je risquais de perdre tout ce que j’avais travaillé pour développer à Paris par égard pour cette relation de merde, et donc, putain que je n’oublierai jamais la grande chance que j’ai eu d’échapper à cette relation, et, on ne s’est jamais vraiment rompu, et je ne pense pas qu’une rupture aurait été, en fait, possible, et donc, c’est clair que j’ai eu beaucoup de chance là, et comme Feist chante dans sa chanson let it die ‘it won’t take long to fall in love now I know what I don’t want’, et, moi aussi, je sais ce que je ne veux pas maintenant, et je pense qu’avec mon amour imaginaire j’aurais une relation ‘saine’, qui fonctionnerait bien des deux côtés, mais, à part elle, je ne veux personne en ce moment, et je ne veux pas du tout être, à nouveau, en couple; en ce moment, je profite de la liberté, à part quand je me torture à propos de mon amour imaginaire.

La mère de la marseillaise est quelqu’un de très franc, et, en toute honnêteté, ça m’étonne qu’elle ne dise pas à sa fille ‘ma fille (ce qu’elle l’appelle quand elle lui parle solennellement), ne penses-tu jamais que, peut-être, le problème dans tes relations est le dénominateur commun, autrement dit, toi, parce que, franchement, il paraît comme si tes deux dernières relations se sont terminées d’une manière très similaire?’ Je me demande, toujours, que si la même chose se produit dans une troisième relation consécutive (c’est-à-dire, son partenaire déprime), si sa mère ne lui dirait pas quelque chose qui ressemble à cette phrase/question, parce que, à mon avis, on peut faire des généralisations si quelque chose se produit trois fois, mais quand quelque chose se produit deux fois, il est possible que ce soit une coïncidence. Mais, c’est possible que la mère de la marseillaise, sa fille en or, ne lui parlera jamais franchement et honnêtement, parce qu’elle est sa fille parfaite – c’est son autre fille qui a tous les problèmes …. moi, je pense que l’autre fille, qui est de huit ans sa cadette, a tant de ‘problèmes’ parce qu’elle sait qu’elle ne sera jamais à la hauteurdes attentes de sa famille. Elle ne sera jamais une fille en or, elle sait ça, et donc, elle est la fille troublée. Elle est une drôle de fille, la cadette de cette famille, et donc, j’espère bien qu’elle trouve sa place dans le monde …. dieu sait qu’elle ne trouvera jamais sa place dans cette sacrée famille marseillaise ….

Ah oui. Le Métro(politain) Barbès (Rochechouart), un arrêt du Métro(politain) que j’aime pour plusieurs raisons, premièrement parce que là, j’ai apparemment le droit de réutiliser un ticket de Métro(politain) que j’ai utilisé pour la première fois il y a quelques jours. C’est un arrêt bien aimable, tu vois. Peut-être que je l’aimerai pour cette raison jusqu’à ce que je sois arrêté par un agent de contrôle un jour, après que j’aie débuté mon trajet au Métro(politain) Barbès (Rochechouart). Moi, j’avais pensé que, peut-être, quand la RATP était en train de faire des travaux sur le Métro(politain) Château (Rouge) qu’ils auraient également réparé les machines à composter au Métro(politain) Barbès (Rochechouart), mais, apparemment non, et, ça me plaît.

Des autres raisons pour lesquelles j’aime le Métro(politain) Barbès (Rochechouart) alors. Oh là là, mais je commence où? La bonne ambiance constante, surtout quand on entre dans ou sort de cet arrêt, est une caractéristique particulièrement remarquable de cette gare. La RATP ne répare pas les machines à composter à cette gare parce qu’ils ont déjà dépensé leur budget total alloué à cette gare au grand comité d’accueil gai qui est toujours présent. Les soirs, surtout les vendredis et les samedis, sont également des moments particulièrement mémorables à cette gare, surtout quand on va vers Nation – moi, je vais toujours vers Nation, et il me paraît que la fête n’est pas pareille sur l’autre côté de la voie. Putain qu’on passe un bon moment gai et jovial quand on va vers Nation les vendredis et les samedis soirs.

The Healing Tree

The Healing Tree au parc de Bécon le 3 septembre 2017

Et, le passage du Pourquoi Pas. J’aimerais bien avoir cette adresse, si le passage s’est trouvé dans la Goutte-d’Or et pas à Courbevoie. Et, the Healing Tree alors. Bref. Leur nom me fait penser à un groupe de rock chrétien, alors, un grand point négatif, mais (!), je crois qu’ils ne sont pas, en fait, un groupe de rock chrétien, alors, un point positif. Grâce à leur concert à Courbevoie, j’ai découvert le passage du Pourquoi Pas: point positif. Et un point négatif qui me fait un peu réfléchir: ils manquent de batterie physique, et, putain que c’était comme s’il n’y avait aucun groupe en train de jouer au parc de Bécon cet après-midi. Comme on sait, je regrette d’avoir raté le Val au parc de la Butte du Chapeau Rouge il y a quatre ans, mais après avoir vu the Healing Tree aujourd’hui, un autre groupe qui manque de batterie physique, je pense que, peut-être, le Val serait assez décevant en plein air, enfin. Leur concert devant la mairie d’Ivry (sur-Seine) a apparemment eu lieu, j’ai appris il y a quelques jours grâce aux photo(graphies), mais, enfin, peut-être que je n’ai pas raté grand chose en les ratant ce jour là. Mais, the Healing Tree, et, je pense que dans un bar, où leur son serait, en fait, audible, qu’ils seraient pas mal – là, je parle musicalement. C’est une erreur, évidemment, de chanter en anglais, et, si on demande la participation de la foule et personne ne participe, on ne remercie pas la foule …. putain.

Mais, point positif: grâce au Healing Tree, je sais que le passage du Pourquoi Pas existe.

Fin.

Advertisements

From → Uncategorized

Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: