Skip to content

LE ZORBA (Paris) – le 8 septembre 2017

September 8, 2017

(Baby Jesus), (Deaf Parade):

Ah, les joies débridées de facebook (dit Zuckerberg (Mark) dit l’internet). Grâce à facebook (dit l’internet dit Zuckerberg (Mark)) je sais qu’une personne que je connais va venir au concert de ce soir, et je sais également que le concert ‘intéresse’ quelqu’un d’autre que je connais, et donc, mon désir de venir à ce concert est déjà diminué, presque jusqu’au point où je ne veux plus du tout y aller. Mais (!), d’après mon expérience, si quelqu’un dit qu’il va venir à un concert ou que le concert l’intéresse, ça implique qu’il ne va pas, en fait, venir au concert, et donc, en réalité, je devrais être plus à l’aise en venant au concert de ce soir que je suis quand je vais à un concert qui n’intéresse personne (selon facebook dit Zuckerberg (Mark) dit l’internet), mais, le concert de ce soir a lieu au même endroit que le concert que j’ai raté hier soir, le paradis des agoraphobes, et donc, la peur que je verrai quelqu’un que je connais dans ce petit espace de merde (qui est, en fait, assez ‘cool’) sous le bar le Zorba rend ce concert presque irréalisable pour moi, mais, quand même, parce que je suis quelqu’un de très courageux, je vais y aller, et je vous tiendrai au courant si une de ces personnes qui est ‘intéressée’ par ce concert est enfin présente ou non, bien évidemment.

Et, voilà. Déjà, il est clair que je ne suis pas quelqu’un d’oublieux – je suis au courant des gens qui seront, peut-être, présents aux concerts (grâce à facebook (dit l’internet dit Zuckerberg (Mark))), et(cætera). Je suis considérablement moins oublieux que, par exemple, le genre d’imbécile qui marche dans la rue en portant les écouteurs. Ce matin, en marchant au cabinet de mon psychiatre, où je lui dirai que je ne prendrai plus les médicaments qu’il me prescrit, parce qu’ils sont testés sur les animaux (mais quand même végans, à cent pour cent), j’ai failli entrer en collision avec un de ces imbéciles en écouteurs, parce que, évidemment, il ne pouvait pas entendre que j’étais au coin de la rue – il a failli entrer en collision avec une autre personne et moi, en fait, mais, il ne connaît pas du tout le danger qu’il était très chanceux d’éviter, parce qu’il ne vit pas dans son propre monde, mais plutôt le monde qui existe dans ses écouteurs, et, je suis sûr que la musique qu’il écoutait était merdique – on était dans la Goutte-d’Or, ou, au moins, à ses périphéries, et il marchait vers la Goutte-d’Or; moi, j’ai quitté la Goutte-d’Or. Il faut supposer que la musique qu’il écoutât était merdique parce que j’habite dans la Goutte-d’Or, et la musique qu’on entend là, à travers nos fenêtres et dans la rue, est, normalement, merdique.

Hier, j’ai eu la malchance de voir la même personne deux fois. Une fois aux alentours de la Goutte-d’Or, dans le supermarché carrefour sur le boulevard Barbès, où il a acheté un seul article, comme un imbécile (un paquet d’enveloppes, comme un imbécile – il aurait pu acheter ce même produit à un des magasins de merde de la Goutte-d’Or, où il aurait beaucoup économisé), et l’autre fois dans la Goutte-d’Or: cette fois, il venait, clairement, de déposer des vêtements à la laverie, où j’étais en train d’aller, et il était, donc, en train d’aller quelque part pour attendre jusqu’à ce que ses vêtements soient lavés. Il a le visage d’un con prétentieux et arrogant, le genre de visage qu’on a envie de frapper, sans même connaître la moindre chose au sujet de lui, sauf qu’il va au supermarché pour acheter des enveloppes, seulement des enveloppes, et qu’il paie pour ce seul article avec sa carte (bleue), le genre de carte (bleue) qu’il ne faut pas insérer dans la machine parce qu’on peut, plutôt, la taper contre la machine. Il est, tellement, quelqu’un de détestable. Il est clair qu’il embrasse, totalement, le monde moderne – je suis sûr qu’il a un téléphone moderne, avec lequel on peut écouter la musique et prendre des photo(graphies). Je suis sûr que, souvent, il prend des photo(graphies) pendant qu’il écoute la musique avec son téléphone moderne bête. Je suis sûr qu’il fait des ‘selfies’ …. pendant qu’il écoute la musique avec son téléphone moderne. Ca m’offense que, peut-être, il est allé à la même laverie où j’étais en train d’aller, mais ça, ce n’est pas certain – il y a deux laveries qui se trouvent très proche l’une de l’autre, et, putain que j’espère qu’il est allé à l’autre laverie et pas à la mienne: il va, déjà, à mon supermarché habituel; je serais dégoûté, absolument, si ma laverie habituelle était également la sienne. Je suis sûr qu’il trouve les laveries romantiques à cause du film Masculin Féminin, même si, clairement, ce film ne glorifie pas du tout les laveries, malgré les conversations qui ont lieu dans les laveries au cours du film. Moi, je trouve les laveries romantiques à cause de la chanson ‘coin laundry’ de Lisa Mitchell, une chanson qui glorifie bien les laveries.

Je suis sûr que ce connard aime la Goutte-d’Or parce que c’est le seul quartier de Paris (france) où on entend, à toute heure, les ‘bons gros’ rires – ça, c’est la seule mauvaise chose au sujet de la Goutte-d’Or. Il n’y a aucune raison de rire aussi joyeusement que ceux qui rient dans les rues de la Goutte-d’Or.

Je suis sûr qu’il ne parle jamais négativement, que tout est gai et bon selon lui. Je suis sûr qu’il mange de la viande, parmi des amis, en riant. Je suis sûr que tous ses amis ont des visages qui sont semblables au sien. Il rit pendant qu’il mange les carcasses des animaux parce qu’il est un con. Je suis sûr qu’il sort les week-ends (seulement les week-ends), et qu’il va en boîtes de nuit, où, je suis sûr, tout le monde a un visage comme le sien. Putain, que je déteste ce jeune homme. Sans doute, il est le genre de jeune homme que les femmes d’un certain âge adorent. Je suis sûr qu’il ne porte jamais les chemises qui manquent de boutons (parce qu’une de ses admiratrices d’un certain âge répare toutes ses chemises quand elles perdent un bouton); il ne porte jamais, non plus, des pantalons qui ont des trous – dès qu’un pantalon a un trou, il faut qu’il soit jeté à la poubelle, et ça, c’est le gaspillage, bon petit garçon connard, qui ne dit jamais un mauvais mot au sujet de quiconque, parce que, si on n’a rien de gentil à dire, on ne dit rien, évidemment. Oui oui. Tu as été bien élevé, petit con. Je suis sûr que tu ne laisses jamais pousser tes cheveux. Je sais que tu as un tel visage dédaigneux parce que tu n’as jamais eu besoin de le raser. Un homme adulte, qui n’est jamais arrivé à la puberté. Oui oui, c’est bien triste, petit connard.

Petit connard, qui porte les vêtements que sa maman a choisi. Petit connard, qui ne sait pas vivre sans sa maman chérie. Petit connard, qui fait tout pour rendre sa maman fière. Petit connard, qui n’a jamais fumé une cigarette, non parce qu’il n’a jamais eu envie, mais plutôt parce que ça décevrait sa maman chérie. Petit connard, qui dort de bonne heure chaque nuit. Petit connard, qui se soucie chaque nuit qu’il se trouve dans une de ses boîtes de nuit chéries, parce qu’il sait que sa mère ne serait pas heureuse si elle savait que son fils précieux sort chaque week-end, dans les lieux où tous les enfants ‘cools’ vont. Mais, malheureusement, il n’était pas un enfant ‘cool’, et donc, il est perdu dans le monde, parce qu’il ne saura jamais qu’il y a une autre facette de la vie. Petit connard, qui ferait du bien s’il ne se trouvait jamais sur ma rue. Là, jeune homme, c’est où les vraies personnes qui n’ont pas peur de faire des faux pas vivent. Jeune homme, cette rue n’est pas pour toi, ni ce quartier, alors, j’aimerais si tu irais te faire foutre. Merci à l’avance, petit connard, qui n’a rien à faire dans le beau quartier de la Goutte-d’Or.

Et, voilà. Tout comme j’ai dit hier, au sujet du bar le Zorba, c’est pas la peine d’essayer d’entrer dans ce bar les soirs, et donc, j’ai failli me retourner dès que je suis arrivé, mais, parce que je suis quelqu’un de courageux (très), comme on sait, j’ai poussé pour pouvoir descendre dans la salle de concert, et, voilà: encore, exactement comme j’ai dit hier, il est impossible d’avoir confiance en l’ordre de passage des artistes à ce bar, parce que, selon chaque annonce de ce concert que j’ai vu, le groupe (avec, presque certainement, le pire nom que j’ai jamais rencontré) Baby Jesus aurait dû être la première partie, mais, hélas (!), dès mon arrivée, j’ai trouvé Deaf Parade sur scène, en train de se préparer, et, j’ai déjà vu ce groupe deux fois, et d’après mon expérience, parfois je les aime, et parfois non, et cette fois, c’était l’occasion où je ne les aurais pas aimé, surtout vu que le concert de ce soir s’est passé au Zorba, et donc, j’ai pris la fuite, et, je n’ai vu ni les deux personnes qui ont stipulé que le concert les intéresse sur facebook (dit Zuckerberg (Mark) dit l’internet), ni mon ami de la Goutte-d’Or, mais quand même, j’ai vu quelqu’un que je connais …. je l’ai vu quand j’étais en train de sortir – il était en train d’entrer, et m’a demandé si j’étais là pour le concert – je lui ai dit que oui, ce qui n’était pas un mensonge.

Fin.

Advertisements

From → Uncategorized

Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: