Skip to content

POINTE LAFAYETTE (Paris) – le 12 novembre 2017

November 12, 2017

(Olimpia Splendid):

Bonne fête (je te souhaite une). Il est inutile de souhaiter une bonne fête à quelqu’un qui n’était pas au courant qu’une fête se passait. Et, je crois que la ‘bonne fête’ est arrivée quelques jours avant la ‘fête’ elle-même, pour compliquer les choses. Là, on parle de moi. Quelqu’un m’a souhaité une bonne fête il y a quelques semaines – je ne savais pas du tout de quoi la personne parlait, et donc, je ne lui ai pas répondu. Je ne fête pas les fêtes. Si cette personne me souhaite un ‘joyeux noël’, il est clair que je ne lui répondrai pas, parce que comme on sait, le noël dernier était le dernier que je ‘fêterai’. La personne qui a organisé la ‘fête de noël’ de l’année dernière insiste, toujours, que sa soirée ne fût pas une ‘soirée de noël’ mais que ce n’était qu’une soirée qui a eu lieu le vingt cinq décembre, par coïncidence (parce que ce jour là était le seul où elle ne travaillait pas); ce n’était pas une ‘fête de noël’, mais les chants de noël étaient chantés …. l’horreur. Les chants étaient chantés dans la chambre des hôtes; je suis resté dans le salon pendant la première chanson, ce que j’ai espéré serait la seule chanson, mais dès que la deuxième chanson a commencé il était clair qu’il y aurait une série de chansons, et donc, j’ai pris une fuite difficile, et je suis rentré chez moi (dans la Goutte-d’Or) d’Alésia à pied, en regardant les gens dans des restaurants qui étaient, apparemment, capables d’être en présence de gens. Mon agoraphobie et mon anxiété sociale sont superbes. Dès que je m’échappe d’une situation sociale, je ne suis pas, exactement, à l’aise. En regardant les gens dans des restaurants, le vingt cinq décembre dernier, je me suis demandé pourquoi je ne suis pas capable d’être en présence de gens. Les gens ne me font pas peur. Je peux être en présence de gens, si je suis anonyme. Dès qu’il faut que je sois présenté à quelqu’un, je suis mort, tout simplement.

Ce soir, je suis bien au courant que je risque de voir certains gens que je connais, dans un petit espace d’où il ne sera pas facile de fuir, discrètement – l’agoraphobie, dans cette situation, me consommera. L’anxiété sociale ne sera pas un grand problème ce soir: je serai à un concert, et donc, personne ne voudra pas que je parle trop, même s’il me semble comme si des gens me trouvent bizarre parce que je ne leur dis que ‘bonjour’ – à mon avis, ça devrait suffire. Mais (!), dès que les gens essaient d’exiger plus de conversation que simplement ‘bonjour’, je risque de tomber dans un piège d’anxiété sociale, ce qui ne devrait pas m’arriver à un concert. Peut-être que je suis quelqu’un d’étrange, mais, parfois, j’ai raison.

Ce soir, ce sera le premier concert auquel j’assisterai depuis assez longtemps, et, je dois dire que cette période sans concerts a été rien de moins que joyeuse. C’était une décision consciente d’arrêter d’assister aux concerts: j’ai eu du travail important à faire. Au début de cette période sans concerts, j’ai continué à regarder ce qui s’est passé sur la scène musicale, donc, Kimya Dawson aurait dit que je n’allais pas aux spectacles mais que j’étais ‘hip to the scene’. Après un peu de temps j’ai arrêté de regarder ce qui s’est passé sur la scène, et donc, je n’étais plus ‘hip to the scene’, mais, j’étais encore plus à l’aise. Mais (!), maintenant, je suis stressé. Pendant cette période sans concerts, pendant laquelle j’ai travaillé, je savais qu’à un moment ou à un autre qu’il faudrait que je revienne aux concerts, et …. ce moment est arrivé, et il faut que j’aille à quelques concerts en l’espace de quelques jours, par égard pour le projet sur lequel j’ai travaillé pendant cette période sans concerts, sur lequel je travaille toujours, maintenant que je recommence à assister aux concerts.

Alors, en n’assistant pas aux concerts, j’ai passé mes soirées tout tranquillement, en lisant, en allant au lit, normalement, avant vingt deux heures, sauf quand j’étais particulièrement absorbé par mes lectures. Bien sûr que je me suis couché avant vingt trois heures tous les soirs pendant cette belle période, mais, alors, ce soir, le groupe que je veux voir, un certain Olimpia Splendid, ne commence qu’à vingt trois heures, en principe, ce que veut dire, probablement, qu’elles ne commenceront pas jusqu’à plus tard que ça …. quelle folie. Je suppose que je savais, toujours, que cette belle période sans concerts ne durerait pas pour toujours. Si cette période avait duré pour toujours, l’implication aurait été que le projet avait raté. Le projet va, presque certainement, rater en tout cas, mais il faut essayer, et en décembre, je vais essayer de lancer ce beau projet, parce qu’il est bien beau, et s’il ne réussit pas, la raison sera parce que tout le monde à Paris (france) est trop stupide. Oui oui: je viens de dire que, peut-être, je vais apprendre, en décembre, que tout le monde à Paris (france) est trop stupide, et, les gens de Paris (france) sont les seuls gens (du monde entier) que j’aime, mais, si ce beau projet ne réussit pas, c’est à cause de ces beaux gens, et, même s’ils sont trop stupides, ils demeurent beaux: peut-être que c’est à cause de leur grande beauté qu’ils sont aussi bêtes. J’ai vu les gens de Nantes et les gens de Marseille, et ce que je peux dire au sujet des gens de ces deux ‘villes’ ridicules c’est que leurs habitants ne sont pas beaux du tout: il ne faut pas du tout se faire beau quand on va passer notre journée dans une petite ‘ville’ ridicule comme Nantes ou Marseille. Mais (!), au moins les gens de Paris sont beaux: je sais que les gens de Nantes ne sont pas beaux et je sais également qu’ils sont stupides; je sais également que les gens de Marseille ne sont pas beaux, et je soupçonne, fortement, qu’ils sont stupides aussi – si on quitte la maison en portant un survêtement, on est stupide, tout simplement, et l’uniforme de Marseille est, apparemment, les survêtements.

Mais, les gens moches de Nantes et de Marseille n’ont pas été trop stupides pour refuser des projets semblables aux miens. Mais, il faut dire que pendant les huit ou neuf mois que j’ai passé à Nantes que je n’aie pas vu ce qui ressemble, peut-être, à mon projet, même si je suis, exactement, son marché cible, alors, je doute fort que le produit qui est semblable au mien, à Nantes, réussit, vraiment. Le jour, à Marseille, où j’ai trouvé le produit semblable au mien était beau, et, je n’ai passé que dix jours, à peu près, de ma vie à Marseille, mais quand même, j’ai trouvé ce produit, et, putain que j’étais heureux. En trouvant ce produit, j’ai appris que tous les français ne sont pas stupides, mais, hélas (!), peut-être que je me trompe en disant ça: il y a quelques jours, en regardant le site (web) de ce beau produit marseillais (et non: je ne parle pas du savon là), j’ai appris que, probablement, il n’existera plus en février, parce que …. tout le monde à Marseille est trop stupide. Ce beau produit marseillais (qui n’est pas le savon) ne vivra que deux mois de plus, à cause de l’idiotie. A mon avis, il est le seul produit de son genre qui existe en france, et prochainement, il disparaîtra, parce que tout le monde (pas seulement les français) est trop stupide aujourd’hui. Même si, par miracle (petit), ce beau produit marseillais (pas le savon) survit pendant plus longtemps que les deux prochains mois, il est clair que ses jours sont comptés, et dès que ce produit est perdu, une grande et belle partie de la france sera perdue, et là, je n’exagère pas du tout. Ce genre de produit, que je veux lancer (que je lance en décembre, même s’il est presque certain qu’il échouera), qui a existé à Marseille depuis seize ans, est, à mon avis, nécessaire, par égard pour la vie, la vie culturelle, et la vie en générale, sans exagération. Le fait qu’un tel produit n’existe pas à Paris (france) en ce moment n’est rien de moins que ridicule, et je ne sais pas du tout comment la ‘capitale’ (oh là là) a réussi à exister jusqu’à présent sans ça …. ‘à exister’: oui oui – on n’existe pas sans ce produit, ce genre de produit; on tarde, plutôt, et on est perdu, et on marche, mais on ne sait pas où il faut aller ni ce qu’il faut faire, et ça, c’est la manière par laquelle j’ai passé mes huit ou neuf mois à Nantes …. sans exagération.

Et, un fiasco. En arrivant à la Pointe Lafayette à l’heure exacte (à peu près, évidemment) où Olimpia Splendid aurait dû être en train de jouer, j’ai entendu, du haut de l’escalier vers la salle de concert, une musique qui n’était évidemment pas celle d’Olimpia Splendid, et, je savais qu’Olimpia Splendid était le seul groupe que je voulais voir ce soir, et donc, je me suis retourné pour prendre la fuite, et, une jeune femme aux cheveux noirs m’a aidé, aimablement, à quitter le bar en me poussant. Elle avait bien raison de me pousser: j’étais sûr qu’en arrivant à la Pointe Lafayette je trouverais Olimpia Splendid en train de jouer, et donc, quand cela n’était enfin pas le cas, j’étais très déconcerté, et, de plus, en bas de l’escalier j’ai vu la tête de quelqu’un que je connais, en train de regarder le concert, et je savais que si elle m’avait vu que j’aurais été obligé d’assister à ce concert, donc, il fallait que je décide ce qui serait ma façon de procéder en une fraction de seconde, et, par miracle (grand), pour une des premières fois de ma vie, j’ai réussi à penser instantanément, et donc, j’ai réussi à éviter le set d’un groupe que je n’avais aucune envie de voir, mais …. tout cela implique que, ce soir, mon projet n’ait, hélas, pas avancé ….

Voilà.

Advertisements

From → Uncategorized

Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: