Skip to content

SUPERSONIC (Paris) – le 18 novembre 2017

November 18, 2017

Mr D and the Fangs, Tazieff, Nick Grey and the Random Orchestra:

Il y a une raison pour laquelle les parties de mes articles récents où je critique les artistes changent complètement de ton, ce qui détruit les articles: ces critiques vont, prochainement, paraître ailleurs, et je pensais, donc, que peut-être qu’il faudait que ces critiques ressemblent, en fait, aux critiques. Mais, ce soir, en principe, sera la dernière fois que cela est le cas, et, je dis ‘en principe’ parce qu’on sait bien que la dernière fois que je suis allé à l’OPA (dit le Supersonic) que ça ne s’était pas bien passé, et je ne pouvais pas rester au bar pendant plus de quelques secondes, à cause de l’anxiété sociale: j’espère bien que la salle de concert ne sera pas aussi peuplée ce soir que la dernière fois et que, donc, tout ira bien …. par miracle (petit).

Mais, là, je dis ‘boycottez le Petit Théâtre du Bonheur’, et, je pense que tout le monde serait d’accord que cela me ressemble bien. Si tu es agoraphobe, ne va jamais au Petit Théâtre du Bonheur, et si tu n’as aucuns soucis ‘mentaux’, ne va jamais au Petit Théâtre du Bonheur, surtout si tu es légèrement ‘pauvre’.

Comme on sait, il y a quelques jours, j’ai assisté à un concert au Petit Théâtre du Bonheur. J’avais déjà écrit ma critique de l’événement avant que j’aie quitté la salle, mais, je suis bien heureux que, enfin, j’ai conclu que le Petit Théâtre du Bonheur est considérablement pire que le Limonaire, mais là, l’histoire continue. Alors, le concert (de merde) auquel j’ai assisté était, selon l’annonce que j’avais lu dans Lylo (oh là là), gratuit (et voici, l’annonce: http://www.lylo.fr/concert/940e6d-alysce-et-margot-cavalier-le-petit-theatre-du-bonheur). Je pensais que, peut-être, ce serait enfin au prix libre, et cela était, enfin, le cas, mais, le minimum apparent qu’on pouvait payer était cinq (5) euros, ce qui est assez cher, et, il est certain que je n’aurais pas assisté à ce concert (de merde) si j’avais su qu’il faudrait que je paie cinq (5) euros.

Après que je sois rentré du concert, j’ai regardé toutes les annonces de ce concert qui étaient en ligne, et celle là: https://www.facebook.com/events/133226417261763/ est la seule qui indique que le prix de ce concert (de merde) était ‘libre’ – pour voir ça, il faut lire jusqu’à la fin de tout le texte (de merde), et, même si une personne réussit à lire jusqu’à la fin de cette annonce (de merde), elle ne lira pas que le prix minimum qu’il fallait payer était cinq (5) euros, parce que, effectivement, tout ce que cette annonce dit c’est que le prix pour assister à ce concert est ‘libre’ , mais qu’il faut être ‘généreux’. Vu que je ne pouvais pas trouver la pièce de vingt (20) centimes que je savais que j’ai eu dans mon portefeuille et je donnais, donc, un (1) euro, je considérais que cela était déjà très généreux (pour un concert (de merde)), mais (!), en donnant cet euro, devant la porte de sortie, j’étais informé que le minimum qu’il fallait payer était cinq (5 (!)) euros (!). Et, je n’étais pas permis de partir jusqu’à ce que j’aie donné ces cinq (5 (!)) euros, et, voilà, l’horreur pour un agoraphobe. Le connard qui gardait la porte pouvait voir que j’avais au moins dix (10) euros dans mon portefeuille, et il m’a dit ‘ou tu pourrais donner dix (10) euros si tu veux’. Oui oui, bien sûr: je ne paie jamais plus de six (6) euros pour assister aux bons concerts, alors, bien sûr que je payerai dix (10) euros pour ce spectacle (de merde). Alors, dans ce petit théâtre (de merde, de connards), tout le monde écoutait la musique avec attention, tout poliment, en silence, et même moi, donc, j’ai essayé de partir poliment, entre deux chansons de l’artiste (de merde) Margot Cavalier, mais enfin, en étant forcé de rester dans ce petit théâtre de merde (de connards) pendant que je cherchais cinq (5) euros dans mon portefeuille, j’ai fait une grande scène, et j’ai sans doute perturbé la ‘ambiance’ du concert (de merde), et, il faut dire que cela me plaît. Je suppose que c’est le Petit Théâtre du Bonheur (de merde) qui est malhonnête, pas les artistes du soir, mais quand même, j’étais heureux que la soirée était perturbée par moi: je déteste ces concerts, et ces salles de concert (comme le Limonaire), où l’étiquette veut qu’on écoute les artistes du soir, sans dire un seul mot: ce genre d’environnement, comme je l’ai dit dans le passé, n’est pas du tout naturel, et n’est rien d’autre que le meurtre de l’ambiance. Moi, je ne parle jamais aux concerts, comme on sait, mais, pendant des concerts des autres gens aiment, parfois/normalement, parler de ce qu’ils écoutent, et quand on n’a pas le droit de faire ça, l’ambiance est morte, et, l’ambiance au Petit Théâtre du Bonheur (de merde, de connards) est inexistante, tout comme au Gentle Gourmet Café; même le Limonaire a une meilleure ambiance que le Petit Théâtre du Bonheur (de merde, de connards) et le Gentle Gourmet Café. Je suis sûr, en fait, que ma sortie du Petit Théâtre du Bonheur (de merde, de connards) le jeudi soir a ajouté au spectacle, parce que, sans doute, cette sortie a ajouté à l’ambiance …. en fait, ce n’est pas exactement correct: on ne peut pas ajouter à quelque chose qui n’existe pas, et donc, en quittant le théâtre (de merde, de connards), j’ai créé une ambiance, ce qui aurait, sans doute, choqué les patrons de ce théâtre de merde (de connards), parce que cela aurait, sans doute, été une des premières fois dans l’histoire de ce théâtre (de merde, de connards) qu’il y a eu une ambiance. Je suis sûr que ces connards ne reconnaissent même pas une ambiance. Peut-être qu’ils parlent, toujours, de moi, et de mes théâtraux (rudes), et, j’espère bien que cela est le cas.

Mais, bref. J’ai appris, de ma première visite au Petit Théâtre du Bonheur (de merde, de connards), qu’on ne peut avoir aucune confiance en cet établissement et que, donc, il faut l’éviter, à tout prix, et ça, cher lecteur, chère lectrice, est ce que je vous demande de faire, sinon vous risquez d’être enfermé/e dans ce trou d’enfer jusqu’à ce que vous payiez un couvert qui n’existe pas du tout, selon chaque publicité de l’événement. Voilà. Boycottez le Petit Théâtre du Bonheur (de merde, de connards) alors, et soyez libre …. oui.

Nick Grey and the Random Orchestra

Nick Grey and the Random Orchestra au Supersonic le 18 novembre 2017

Nick Grey and the Random Orchestra, et, je pense, vraiment, qu’ils pourraient être un très bon groupe, mais, malheureusement, ils ne savent pas qui ils veulent être, et voici, déjà, le problème: ils pourraient être un très bon groupe s’ils étaient eux-mêmes et n’essayaient pas d’être quelqu’un d’autre, tout le temps. Le fait qu’ils ne savent même pas qui ils veulent être est surtout déconcertant. C’est absolument douloureux quand le chanteur essaie d’être ‘charismatique’, et, encore, on se demande qui il veut être. Je pense que mon problème principal avec ce groupe est leur chanteur, et, on suppose que le chanteur est Nick Grey. A part lui, je dirais que le groupe n’est pas mal. Ils manquent de prétention, ils savent qui ils sont (un groupe pas du tout renommé) et ils créent des sons assez intéressants. Je dis tout ça au sujet du groupe malgré le fait que leur bassiste est un hipster barbu, mais, je vais supposer qu’il est simplement barbu et pas du tout hipster, même si la musique de son groupe est bien hipster. Les paroles et le chant de Nick Grey, également, ne pouvaient pas possiblement être plus douloureux/euses, et donc, il faut que je conclue que le Random Orchestra ait besoin d’un nouveau chanteur, même si c’est le chanteur actuel qui a fondé le groupe, ce qui est une forte possibilité, probablement.

Tazieff

Tazieff au Supersonic le 18 novembre 2017

La musique d’AC/DC pendant la pause entre les sets de la première et la deuxième partie, et, en regardant la scène de la deuxième partie, un certain Tazieff, je remarquais, avant qu’ils aient même commencé, un problème: deux guitaristes, trois guitares, aucune basse. Et, oui: la première chanson de leur set, et, déjà, le manque de basse était évident, et évidemment une erreur de la part du groupe Tazieff. A part ça, quoi dire? Tout le monde (qui comprend le monde) est au courant que des groupes de rock ont besoin d’une basse, et donc, ça m’étonne que moi, qui ne comprend rien, est au courant de ce fait mais un apparent groupe de rock, non. Je ne sais pas du tout le genre de musique rock qu’ils jouent: la musique rock sans basse est toujours pareille. On ne remarque que le manque de basse, et donc, le gaspillage de potentiel. Donc, la musique de Tazieff est indistincte; peut-être que, s’il y a eu une basse, leur musique aurait, en fait, un caractère, mais, hélas, cela n’est pas le cas, et donc, on ne trouve qu’un groupe de musique rock sans basse. Vu que c’est difficile de décrire la musique d’un groupe de rock sans basse, je dirai qu’ils sont anodins, en général. En ce qui concerne la voix du chanteur, les mots qui me viennent à l’esprit sont ‘manque de passion’: elle n’ajoute rien à leur musique qui est déjà rien, et sans basse ….

Mr D and the Fangs

Mr D and the Fangs au Supersonic le 18 novembre 2017

AC/DC, pendant toute la soirée: quelle joie. Mais, au moins, pendant que j’écoutais la musique d’AC/DC cette fois, je pouvais voir une guitare basse sur la scène. Mais, dès le début du set de Mr D and the Fangs j’étais un peu incrédule: deux chanteurs ‘flamboyants’ au cours d’une soirée, et ça, il faut dire, est trop ridicule pour supporter. Ce groupe de crétins, qui, à part leur chanteur flamboyant a deux choristes, et également une roadie (!). Je ne crois pas que j’aie jamais vu quelque chose d’aussi absurde qu’un groupe au Supersonic (dit l’OPA) étant aidé par une roadie, mais, voilà: Mr D and the Fangs sont, évidemment, un groupe de grande importance …. qui joue à l’OPA (dit le Supersonic). Je me demande ce qu’ils feraient si un jour leur roadie n’était pas disponible, s’il fallait qu’elle aide un groupe à l’International, ou quelque part. Mais, oui: un groupe (au Supersonic (dit l’OPA)) avec une roadie et un son terne qui ne mérite pas la flamboyance et l’arrogance du chanteur, ni deux choristes, ni une roadie. Je me demande à quel moment on décide qu’on a besoin d’une roadie, mais j’aurais pensé que ce moment viendrait à un stade plus élevé que celui où vous jouez les concerts à l’OPA (dit le Supersonic) les samedis soirs, sans un couvert.

Fin.

Advertisements

From → Uncategorized

Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: