Skip to content

SUPERSONIC (Paris) – le 15 mai 2019

May 15, 2019

Mermaidens, Fast Friends:

Alors.  J’ai recommencé à prendre des médicaments psychotropes.  Il me faut les médicaments psychotropes si je vais aller aux concerts, et, il paraît que je vais aller aux concerts ces jours ci.  Mais, j’espère que cette période de concerts ne durera pas longtemps.  Il y a un sanctuaire d’animaux qui cherche des gens pour s’occuper des chiens.  Le sanctuaire se trouve dans un village avec une population de mille soixante quinze d’habitants.  J’imagine qu’il n’y a pas beaucoup de concerts là-bas, mais, Trotski Nautique joue parfois au milieu de nulle part, dans les villages qui n’existent pas selon l’internet, alors, peut-être qu’ils viendront un jour à ce village où j’espère vivre.

 

Il y a beaucoup d’animaux différents à ce sanctuaire.  Il y a des animaux de ferme, des chiens et des chats.  Le dix neuf février il y a eu une annonce qui disait que le sanctuaire avait besoin de deux personnes pour s’occuper des chiens au sanctuaire.  J’ai contacté le sanctuaire le dix neuf février et la patronne m’a envoyé un long questionnaire à remplir.  J’ai regardé le questionnaire et il avait l’air compliqué et donc j’ai laissé tomber.  Deux mois plus tard une personne (qui s’appelle Natalie Wood (!) selon facebook) a demandé si le sanctuaire avait toujours besoin des gens et la réponse était affirmative.  Donc, à ce moment là, le soir du seize avril, j’ai rempli le questionnaire et après ça je suis allé au lit.  Le lendemain, à treize heures cinquante deux, j’ai reçu un appel et je supposais que ce serait le sanctuaire et j’ai eu raison.  En supposant que l’appel serait du sanctuaire je n’ai pas répondu.  J’étais également dans un café très bruyant quand j’ai reçu l’appel et donc je n’aurais pas pu entendre la personne à l’autre bout du fil de toute façon.  Mais entre le soir du seize avril et l’après-midi du dix sept avril j’avais changé d’avis en ce qui concerne le sanctuaire.  Je déteste travailler et donc l’idée de travailler bénévolement m’a paru hideuse.

 

Mais la semaine dernière plusieurs gens m’ont envoyé une annonce pour un poste sur une île grecque chez un sanctuaire de chats.  J’ai envoyé une candidature pour travailler au sanctuaire de chats mais malheureusement j’étais trop tard et par ailleurs plus de quarante mille gens ont postulé.  Après que j’aie postulé au sanctuaire de chats je me suis souvenu que le sanctuaire de chiens au milieu de nulle part cherchait des gens en avril.  Le vingt trois avril la patronne du sanctuaire m’a appelé d’un autre numéro et donc j’ai répondu à l’appel et la conversation était agréable.  La jeune femme m’a dit que je devrais passer quelques jours chez elle pour voir si le sanctuaire et le travail me conviennent et donc j’ai regardé mon agenda sans conviction.  Le dimanche dernier j’ai écrit à la responsable du sanctuaire et je lui ai donné mes disponibilités.  Elle ne m’a pas répondu et je meurs d’anxiété.  J’ai tellement peur qu’elle ait déjà trouvé les deux personnes nécessaires pour s’occuper des chiens, et si c’est le cas je serai dévasté.

 

Récemment, l’idée de travail m’a hanté.  Chaque jour, c’est la mort, et je ne comprends pas du tout comment les gens réussissent à travailler tous les jours.  La pression qui accompagne le travail est insupportable, et donc, le travail bénévole m’intéresse beaucoup.  J’imagine qu’il n’y aurait aucune pression liée à un poste bénévole.  Effectivement, si ton/ta boss n’est pas heureux/heureuse de ton travail il/elle ne peut rien dire.  Je ne sais pas si on peut virer un/e employé/e bénévole.  Peut-être que c’est possible de virer un/e travailleur/travailleuse bénévole, mais il faudrait que l’employé/e fasse quelque chose de tellement grave pour être viré/e je pense.

 

Alors, j’en ai marre de la pression du travail, et je n’ai guère travaillé depuis juillet deux mille dix huit.  Le sanctuaire cherche les travailleurs/travailleuses bénévoles pour travailler avec leurs animaux de ferme aussi.  L’annonce concernant les animaux de ferme a paru en ligne le dix huit avril.  Alors, ils ont besoin de beaucoup de gens en ce moment, mais la patronne m’ignore.  Effectivement, je veux uniquement travailler avec les chiens.  En janvier j’ai passé une journée sur une ferme pour les animaux rescapés.  J’étais misérable.  C’était une des journées les plus longues de ma vie, et il y a des poules sur cette ferme et la responsable de la ferme a mangé du poulet pour le déjeuner!  J’avais pensé que je serais entouré de végan/e/s sur cette ferme mais j’étais le seul végan, et mon régime était la source d’intrigue sans fin.  J’étais dégoûté et de plus je n’étais pas suffisamment fort pour faire la plupart des tâches nécessaires.  C’était une journée d’essai à cette ferme et je n’ai évidemment pas obtenu le boulot.  Ils ne m’ont jamais contacté après cette journée de travail.

 

Alors, j’ai vécu cette mauvaise expérience avec les animaux de ferme le dix sept janvier et donc je ne travaillerai pas une autre fois avec les animaux de ferme.  Peut-être que je serais heureux d’aider de temps en temps avec les animaux de ferme du sanctuaire, mais en principe je travaillerais avec les chiens.

 

Au sanctuaire sur l’île grecque il aurait fallu travailler quatre heures par jour, et ça, c’est pas mal.  A la ferme tout le travail avait été fait avant midi.  Après ça on faisait du travail inutile.  Au sanctuaire de chiens, où je travaillerai bénévolement, j’imagine que quand il n’y a rien à faire je pourrai me reposer.

 

J’ai récemment pensé au travail bénévole parce que j’ai décidé que je ne peux plus travailler, que je vais vivre avec le revenu de solidarité active.  Mais, j’ai fait des calculs de mes dépenses d’avril et le revenu de solidarité active n’aurait guère couvert ces dépenses, donc, il me faut quelque chose d’autre.  Au sanctuaire de chiens on est logé et nourri gratuitement, et donc, le revenu de solidarité active suffirait bien.  Donc, je suis désespéré d’aller vivre dans ce sanctuaire, dans ce village avec une population de mille soixante quinze d’habitants, et je suis terriblement nerveux en attendant la réponse de la patronne.

 

Le Supersonic (dit l’OPA), et je dois dire que c’était plaisant quand personne n’a vérifié mon sac à la porte, mais ce qui est le plus emmerdant, c’est les gens qui prennent des photographies sur la rue et dans les bars.  Il faut toujours être vigilant ces jours ci pour éviter les gens qui font des choses bizarres avec leurs appareils photo/téléphones portable.

Fast Friends

Fast Friends au Supersonic le 15 mai 2019

 

Mais Fast Friends.  Ils jouent de la musique pop, folk, rock, dans cet ordre, et ils le font bien.  Leurs paroles sont émouvantes, et, quelle surprise: il paraît qu’ils sont anglophones (ils sont apparemment parisiens), non les francophones chantant en anglais idiot.  La voix du chanteur est vraiment parfaite, et même le manque de batterie physique n’a pas réduit le pouvoir de leur musique.  Leur musique est assez atmosphérique et je pense qu’une guitare acoustique, une guitare électrique, une guitare basse et une voix suffisent.  Fast Friends sont un très bon groupe que je recommande fortement.

 

Avant la dernière chanson des Fast Friends je me suis souvenu pourquoi je suis venu à ce concert: la deuxième partie du soir, Mermaidens, est néo zélandaise, et comme on sait, je suis obligé d’assister à tous les concerts où un groupe néo zélandais va jouer.  Parfois les artistes néo zélandaises que j’ai vu ont leurs chansons dans des films canadiens.  Il paraît que les Mermaidens portent un uniforme bête, mais vu qu’elles sont néo zélandaises ce n’est pas un problème.  Je les remercie d’être venues à Paris (france), et je remercie le chanteur des Fast Friends de m’avoir rappelé qu’un groupe néo zélandais allait jouer ce soir.

Mermaidens

Mermaidens au Supersonic le 15 mai 2019

 

En ce moment je donnerais absolument tout pour recevoir un message d’une jeune femme qui s’appelle Julie, mais là, j’attends les Mermaidens …. en pensant à Julie qui va me sauver de tout ça.  Mais les Mermaidens ont évidemment joué en australie: dès qu’elles étaient prêtes à commencer elles ont quitté la scène et donc je regarde la conversation entre deux jeunes femmes, dont l’une est hyper émotive et l’autre est dead pan.  Je dois supposer que les Mermaidens ont quitté la scène pour préparer leurs uniformes bêtes …. mais (!), finalement il y a un troisième membre du groupe qui n’a pas fait la balance avec les deux jeunes femmes – il ne porte pas l’uniforme bête et donc il faut se demander à quoi sert les uniformes.  Mais oui: les Mermaidens ne sont pas mal.  Ils sont un peu trop ‘rock’ pour moi et leurs paroles ne sont pas aussi impeccables que celles des Fast Friends.  Mais en conclusion: les Mermaidens ne sont pas le meilleur groupe néo zélandais que j’ai vu, mais le pire groupe néo zélandais est meilleur que le meilleur groupe d’ailleurs, et donc, ça va.  Voilà.

Advertisements

From → Uncategorized

Leave a Comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: