Skip to content

ZORBA (Paris) – le 16 septembre 2017

(Isophrénia):

Il faut (évidemment) que je dise que j’ai de la sympathie pour les élèves du collège Degrassi. A cause de Jeremiah (Joey), uniquement Jeremiah (Joey), il a fallu qu’ils passent une année supplémentaire au collège – il n’était pas possible pour les élèves d’aller au lycée Degrassi avant Jeremiah (Joey), qui était, effectivement, le personnage principal, et parce qu’il avait fallu qu’il redouble une classe, les autres élèves auraient quitté Jeremiah (Joey), sauf si le réalisateur créait un scénario où Jeremiah (Joey) pourrait rester avec ses camarades, et donc, tous les élèves ont passé une année de plus au collège, et la prochaine année ils sont, tous, allés au lycée ensemble.

Alors, on penserait qu’un tel scénario évidemment fictif compromettrait la série, mais, dû au ‘génie’ des créateurs de la série, on a, tout simplement, accepté que tous les élèves du huitième (les années scolaires sont différentes au canada qu’en france – je suppose que la huitième année au canada est pareille que la troisième année en france) soient restés une année de plus au collège, sans se rendre compte que la seule raison pour ça était pour que Jeremiah (Joey) reste dans la série …. le vrai ‘génie’, évidemment.

Quelque chose que je n’ai jamais, en fait, remarqué au collège/lycée Degrassi était les trottinettes, le mode de transport le plus courant chez les collégiens (et peut-être même les lycéens) d’aujourd’hui. Alors, il faut que je suppose que les trottinettes n’existaient pas dans les années quatre vingt, ou, au moins, qu’elles n’étaient pas populaires au canada, et, quelque soit le cas, je pense que ça, c’est quelque chose de très positif.

Ces jours ci, ce n’est que les collégiens et les lycéens qui utilisent les trottinettes, assez incroyablement. Chaque fois qu’on voit un adulte sur une trottinette, il faut, évidemment, qu’on roule des yeux. On voit, parfois, des adultes, à la fin (ou au début) de leurs journées, en portant des beaux costumes, rentrant chez eux (ou allant au travail), sur ces instruments ridicules, et, il est impossible de ne pas regarder ces gens (des adultes) avec mépris. Si les trottinettes existent, ils existent pour les enfants, pas pour les adultes. Dès qu’on rencontre quelqu’un à notre lieu de travail, une des premières questions qu’on lui pose, avant qu’on le connaisse, est comment il vient au travail, et, je suis sûr que quand quelqu’un répond à cette question en disant qu’il vient en trottinette, une silence pesant tombe dans la salle où les gens (les collègues) parlent. Tout le monde, qui avait précédemment pris au sérieux cet adulte, perd tout respect pour cette personne (ridicule). Cet adulte, qui avait voulu obtenir des promotions, et(cætera), ne sera, justement, jamais pris au sérieux à cause de son mode de transport, et donc, quand les autres gens obtiennent des promotions (et(cætera)) il/elle pensera/dira que c’est évidemment à cause de la discrimination: personne ne prend jamais au sérieux un adulte qui vient au travail en trottinette.

Alors, si vous travaillez, et vous voulez obtenir des promotions, et vous venez au travail en trottinette, vous avez bien raison que vous avez été victime de la discrimination, et ce n’est pas parce que vous êtes femme ou ‘quelqu’un de couleur’. Non. Une entreprise ne peut jamais risquer de promouvoir quelqu’un qui vient au travail en trottinette – peut-être que quelqu’un d’une des entreprises avec qui votre entreprise travaille vous verra, ou quelqu’un d’un de vos concurrents. Dès que quelqu’un d’une entreprise concurrente vous voit sur votre mode de transport imbécile, il propagera des rumeurs, il dira à tout le monde que quelqu’un avec une position assez élevée dans votre entreprise utilise une trottinette, et ce sera, effectivement, la fin de votre entreprise – ça, c’est le pouvoir que ce mode de transport a, et ça, ce n’est pas une exagération.

Ceux qui portent des costumes et vont au/rentrent du travail en vélo ont déjà l’air ridicules, mais les trottinettes ajoutent, beaucoup, à cette image idiote – je n’ai jamais vu, en fait, une personne en costume sur un skateboard, mais, un skateboard montre considérablement plus de maturité qu’une trottinette ou un vélo, si on est en costume. Si on est sur un skateboard, on pourrait, peut-être, être un petit Hawk (Tony) – personne ne fait rien d’amusant/intéressant sur un vélo, et surtout pas sur une trottinette. Même Hawk (Tony) ne pourrait pas avoir l’air ‘cool’ sur un vélo ou une trottinette, et ça, c’est un fait, et donc, il va partout sur un skateboard – quand il se trouve à Paris, il va, directement, à la place de la République, pour rejoindre ses frères, et tous ses petits protégés le regardent admirativement. Si pas pour Hawk (Tony), peut-être qu’ils seraient, tous, des gens qui portent des costumes tous les jours, et passent leurs journées dans un bureau, ou quelque part d’autre où il faut porter des costumes – certains conducteurs de taxi portent des chemises avec des cravates, et, vu que les skaters aiment bouger, ce serait logique s’ils devenaient conducteurs de taxi.

Il est ridicule de porter un costume et faire du vélo ou de la trottinette. On peut faire du skateboard en costume, et donc, je me demande pourquoi on ne voit jamais des gens en costume sur un skateboard à la place de la République. Les skaters font partie d’une sous-culture, dont les costumes ne sont pas acceptables, et donc, il est clair que la plupart des skaters à la place de la République vont au travail avec les vêtements de skater dans leurs sacs à dos afin qu’ils puissent aller directement à la place de la République à la fin de leurs journées de travail. A mon ancien café habituel, il y a eu, brièvement, une serveuse qui venait au travail sur un skateboard. Au café, elle pouvait porter ce qu’elle voulait porter, et donc, elle pouvait porter les vêtements de skateuse et après sa garde aller directement à la place de la République.

Ceux qui utilisent des skateboards, tu vois, peuvent avoir des boulots; ceux qui utilisent des trottinettes, non …. ceux qui utilisent des vélos, ça dépend du boulot – un boulot où il ne faut pas porter un costume, ça va. Quand les gens obtiennent des boulots, ils demandent, souvent, ce qui est le code vestimentaire, mais, ils font une erreur: ils devraient, évidemment, demander comment ils peuvent aller au et rentrer du travail, ce qui impliquerait ce qu’ils peuvent porter. S’il faut aller au travail en Métro(politain), il faut porter un costume; s’il faut prendre le RER, le code vestimentaire est un peu plus libre – dans le RER, on est, normalement, en vêtements décontractés, mais, parfois, on est en vêtements de la classe ouvrière. Dans le RER, on ne voit que très rarement des costumes, mais on voit, parfois, des vélos, et également des skateboards …. mais jamais des trottinettes, heureusement.

Je dois supposer, vu qu’on ne voit jamais des trottinettes dans le RER (ni à Degrassi), que tout le monde qui utilise des trottinettes (à Paris) habite à Paris, pas dans les banlieues (qui ne sont pas accessibles par Métro(politain)). Vu qu’on ne voit jamais les trottinettes dans le RER, peut-être qu’on pourrait présumer que les trottinettes sont efficaces pour les longues distances, et que les skateboards (et peut-être même les vélos) ne sont qu’efficaces pour les courtes distances. Effectivement, on pourrait aller à pied du dix huitième arrondissement de Paris à Montreuil (sous-Bois), même si ce serait assez loin, mais, quand on boycotte quelque chose, on le boycotte à cent pour cent, pas partiellement. Peut-être qu’il y a des gens qui utilisent des trottinettes à Montreuil (sous-Bois), mais si c’est le cas, je ne les ai jamais vu, alors, j’idéalise, encore plus, cette belle ville, le beau Montreuil (sous-Bois), que je ne reverrai jamais. Peut-être qu’il y a un endroit à Montreuil (sous-Bois) où les skaters se rassemblent aussi, et je suis sûr que les gens utilisent des vélos à Montreuil (sous-Bois), mais, c’est la vérité que je ne les ai jamais vu. Il me semble comme si tout le monde à Montreuil (sous-Bois) va partout à pied, et à mon avis, ça, c’est bien respectable.

Et, voilà. Heureusement, je n’ai rien à critiquer (malgré le fait que l’artiste Isophrénia ait l’air véritablement superbe). En marchant au Zorba, mon agoraphobie m’a totalement consommé, et j’ai bien fait d’atteindre ma destination, et je savais que si le concert n’avait pas encore commencé que je n’y attendrais pas, que si l’autre artiste du soir était en train de jouer que je n’attendrais pas le set d’Isophrénia et que si Isophrénia était en train de jouer dès mon arrivée que je n’y resterais que pendant une seconde. Il n’y a aucun doute que le Zorba déclenche l’agoraphobie plus que tout autre lieu de concert (chez moi), surtout vu que j’ai vu quelqu’un que je connais là la dernière fois. Enfin, le concert n’avait pas encore commencé dès mon arrivée, et donc, j’ai appris qu’il y a une porte devant la salle de concert, avant que le concert commence, tout comme au Pop In (l’horreur). Alors, j’étais (et je suis) heureux d’avoir passé le minimum de temps possible à ce lieu le plus terrifiant de Paris/du monde ce soir, mais, je sais qu’il y aura un autre concert là un jour ou l’autre, auquel je me sentirai obligé d’assister, et ce jour là, ce sera, encore, la même histoire.

Fin (jusqu’au prochain (concert au Zorba)).

Advertisements

ALIMENTATION GENERALE (Paris) – le 15 septembre 2017

(Mina Sang):

J’aime bien le fait que je partage mon immeuble avec une sorcière. On se sent à l’aise quand on partage un immeuble avec une sorcière. Il faut penser que quand notre immeuble est en danger, danger de n’importe quel genre, qu’elle le protège avec un chant ou une incantation ou autre. On se sent à l’aise quand une de nos voisines est une sorcière, et ça, c’est un fait.

Elle ne dit jamais, ouvertement, qu’elle est une sorcière, mais je ne sais pas pourquoi. Elle ressemble à une sorcière: elle a un certain âge (comme la plupart des sorcières: on n’apprend normalement pas jusqu’à plus tard dans la vie qu’on est sorcière. Nos pouvoirs sont, normalement, en dormance jusqu’à ce qu’on atteigne l’âge moyen, parce que ce genre de pouvoirs nécessite la concentration, ce qu’on ne possède normalement pas dans notre adolescence ou même le début de l’âge d’adulte), ses cheveux sont noirs comme du jais (comme toutes les sorcières, même si, parfois, il faut colorer les cheveux pour obtenir cette couleur), et cette sorcière en particulier n’aime pas voir les voisins de l’immeuble (comme moi) et pour préciser ce point, elle porte les lunettes à soleil ridicules dès qu’elle quitte son appartement, même si elle vit au troisième étage et il faut donc qu’elle descende quelques étages avant qu’elle soit au rez-de-chaussée et à la rue, et(cætera).

Son appartement se situe directement en face de l’escalier, et on peut entendre, donc, tout ce qu’elle écoute chez elle – parfois, elle regarde les informations (comme une sorcière); parfois, par contre, elle écoute les choses qui sont tellement bizarres: ces choses bizarres sont des chants rythmiques, que seule une sorcière pourrait écouter, pour s’amuser.

Je sais qu’elle ne m’aime pas, je ne l’aime pas non plus, comme je ne n’aime aucun voisin de mon immeuble, et je m’en fiche si elle est une sorcière; je ne l’aimerais pas quelque soit sa religion ou sa croyance. C’est mieux, en tout cas, d’habiter dans le même immeuble qu’une sorcière plutôt qu’un immeuble près d’un immeuble où une sorcière habite. Une sorcière, évidemment, protège son immeuble contre tous les maux du monde, et même si elle se fout de tous ses voisins, elle les protège en même temps qu’elle protège l’immeuble en général. Mon immeuble est dans un état déplorable, et ça a été le cas depuis ce que j’y suis arrivé il y a cinq ans, et, il est clair que la magie, la magie seule, est responsable du maintenance de cet immeuble.

J’adore l’état de mon immeuble. Il a du caractère, mon immeuble. Depuis que j’ai habité là, depuis l’année deux mille douze, les murs des ‘parties communes’ n’ont pas été peints – il y a des coups de peinture un peu partout, où il paraît que quelqu’un a testé des couleurs …. vu que cette personne a testé des couleurs il y a au moins cinq ans, je ne pense pas qu’elle aille se souvenir de la couleur qu’elle a choisi il y a si longtemps, alors, je pense qu’elle a fait une connerie.

Il y a, parfois, des souris dans la cage d’escalier – j’en ai sauvé une, je lui ai mis dehors, mais, tout comme dans la cage d’escalier, elle n’a pas bougé quand elle s’est trouvée dehors, et donc, je dois supposer qu’elle avait été empoisonnée, sinon qu’elle avait été sacrifiée dans le cadre d’une incantation de la sorcière – les jours où j’ai trouvé des souris dans la cage d’escalier, la sorcière a évidemment manqué de vierges …. je ne suis pas sûr si les sorcières sacrifient, en fait, les vierges, mais je supposerai que oui, par égard pour cet article. Il y a parfois des pigeons dans la cage d’escalier aussi – ils ont l’air d’être plus en forme que les souris, et, ils ont évidemment de la chance qu’ils soient plus difficiles de capturer que les souris, sinon ils seraient, évidemment, dans la merde, et utilisé dans une incantation de la sorcière.

Alors, comme on sait, la sorcière n’aime pas croiser les voisins dans la cage d’escalier, au moins, elle n’aime pas me croiser …. peut-être que c’est mon côté antisocial qui rend des gens antisociaux quand ils sont en ma présence. J’ai l’impression que la sorcière a été en train de faire des travaux chez elle pendant assez longtemps, depuis au moins un an. Je me demande pourquoi elle fait les travaux et ne lance tout simplement pas un sort pour que son appartement soit prêt tout de suite …. peut-être qu’elle n’est pas une sorcière particulièrement puissante.

J’ai du respect pour la wicca, en fait …. si elle sacrifie des vierges au lieu des animaux. J’ai l’impression que la wicca est une croyance traditionnelle, et qu’elle n’a pas été corrompue par des rites ridicules et enfantins comme le noël et les pâques. Je suis sûr que la wicca a gardé tous ses anciens rites, pour lesquels il faut sacrifier des choses, idéalement des êtres humains, pour maintenir la pureté de la religion …. je sens, souvent, les morts (animaux) dans mon appartement, mais, je ne pense pas que j’aie jamais senti la mort émanant de l’appartement de la sorcière, alors, peut-être qu’elle ne considère pas sérieusement sa croyance, comme ceux qui ne fêtent que le noël et les pâques et à part ça ne sont pas du tout chrétiens. Alors, il est clair que ses sacrifices ne sont pas réguliers – elle fait des sacrifices seulement pour des fêtes les plus importants de la wicca, alors, ça explique pourquoi je n’ai vu que deux souris malades dans la cage d’escalier de mon immeuble.

Comme on sait, Bardot (Brigitte) s’oppose à la religion wicca, et certains croient que cette opposition est causée par sa bigoterie, mais, c’est évidemment qu’elle s’oppose à cette religion parce qu’elle est contre ses pratiques où les animaux sont sacrifiés. Elle croit que la religion devrait revenir à ses racines et sacrifier des vierges humaines, mais, hélas (!), il y a des lois, et(cætera), maintenant qui empêchent ce genre de sacrifice, et donc, les praticiens de cette religion sont forcés d’utiliser les animaux.

Personne dans mon immeuble ne parle jamais de la grande chance qu’on a de partager le bâtiment avec une sorcière. J’ai entendu des histoires (une histoire, en fait) où un appartement d’un immeuble s’est effondré et est tombé sur l’appartement situé au-dessous de lui – ça n’est jamais arrivé dans mon immeuble, grâce, évidemment, aux incantations de la bonne sorcière au troisième étage. J’imagine que c’est quelque chose de grave quand un appartement tombe sur celui en bas, et, franchement, ça m’étonne que ça ne s’est jamais produit dans mon immeuble. C’est un miracle que ça ne s’est jamais produit, sinon, c’est le travail d’une sorcière.

Je rigole bien, parfois, parce que le propriétaire de l’appartement à côté du mien (l’appartement où habite la famille) n’a jamais aucune chance. Toujours, quand il faut qu’on fasse des travaux sur l’immeuble, c’est son appartement qui est affecté, pas le mien – je pense que c’est le karma (ou la sorcellerie), parce que, évidemment, une famille ne devrait pas habiter chez lui, mais plutôt une seule personne. Peut-être qu’il pensait qu’il faisait une faveur à la famille en lui louant son appartement, parce que, peut-être, ils n’ont pas les moyens de vivre quelque part d’autre à Paris, mais, il ne leur a fait aucune faveur: ils devraient habiter quelque part d’autre, dans une banlieue où les loyers sont moins chers, où ils auraient pu trouver un appartement plus grand, et plus approprié à une famille – je crois que ni la mère ni le père travaillent, alors, il ne faut pas qu’ils soient à Paris pour travailler, et, leur propriétaire là est un loseur, et il mérite bien toute la malchance du monde, et tous les maléfices diaboliques d’une sorcière.

Et, voilà. Comme d’habitude, dès que je m’approchais de l’Alimentation Générale, en passant devant une vraie alimentation générale, je n’avais plus envie d’y aller. Les gardiens de sécurité au Supersonic (dit l’OPA) et à l’International sont un peu aimables – c’est clair qu’ils apprécient les conneries et qu’ils aiment leur boulot. Même hier soir, quand le gardien de sécurité n’a pas entendu quand je lui ai souhaité une bonne soirée, c’était mignon. A l’Alimentation Générale, où je ne viens pas souvent du tout, voilà, je suis nerveux avant que j’arrive parce que je sais que le gardien de sécurité n’aura aucun sens de l’humour, et voilà, j’ai eu bien raison, et j’espère bien que ce sera la dernière fois que je viens là cette année (scolaire). C’est un peu dommage, en fait, qu’ils embauchent les gardiens de sécurité aussi ennuyeux là, parce qu’à part ça, le lieu n’est pas mal du tout, mais, il est vrai que, un peu comme au Pop In, les artistes commencent n’importe quand qu’ils veulent, et là, je me prépare à partir. Je ne regrette pas d’avoir raté une artiste qui n’a qu’une seule chanson disponible en ligne.

Voilà.

SUPERSONIC (Paris) – le 14 septembre 2017

Tomy and the Cougars:

En marchant au café ce matin, j’ai vu deux jeunes femmes qui avaient des trous dans leurs jeans, et tout ce que je peux donc dire c’est ‘putain que c’est punk rock’. Si tu veux, vraiment, ‘choquer’ des gens, il faut porter des pantalons, qui ne sont pas des jeans, qui ont des trous. Oui oui. Personne ne comprend ce qui se passe quand ils voient une personne en un pantalon (qui n’est pas un jean) qui a (au moins) un trou, mais, malgré le fait que personne ne comprend cette image qui est devant leurs yeux, les clochards se sentent, toujours, obligés de demander de l’argent à de tels gens (des gens qui portent des pantalons (qui ne sont pas des jeans) qui ont des trous) – peut-être que c’est quelque chose de ‘hipster’ de porter des pantalons (qui ne sont pas des jeans) qui ont des trous, auquel cas, je comprends entièrement les actions des clochards. La plupart des clochards que je rencontre sont très bien habillés (leurs vêtements n’ont aucuns trous) et se fassent, clairement, couper les cheveux régulièrement – ils sont même, normalement, bien rasés, mais, c’est vrai que, parfois, ils puent, un peu/beaucoup, mais, à part le fait qu’il sont, normalement, bien rasés (comme moi), je pense qu’ils devraient, vraiment, être des gens qui me donnent de l’argent, pas le contraire. A mon avis, ils sont bien habillés, leurs coupes de cheveux sont belles, et(cætera), et donc, je pense que s’ils vont demander de l’argent aux gens qu’ils devraient, vraiment, améliorer leur image, pour qu’ils aient, en fait, l’air pauvres.

Mais, ça m’a plu d’entendre que l’artiste David Murphy (d’hier soir) s’était, apparemment, fait ‘agresser par un ‘clochard’’, et, il faut dire que, si je l’avais croisé au cours de la journée avant le concert que je l’aurais probablement agressé aussi. Certains gens ressemblent, beaucoup, aux cibles faciles, que même des gens qui ne sont normalement pas attirés par la vie de crime se sentent obligés d’agresser. Moi, je suis sûr que ce n’était pas un clochard qui l’a agressé et lui a volé toutes ses affaires, comme il a dit. La plupart des clochards sont des clochards parce qu’ils abhorrent la ‘vie de crime’ (oh là là). Les clochardes n’ont pas envie de se prostituer, même si ça, c’est apparemment un crime, mais un crime où seuls les clients sont punis. Les clochards n’ont pas envie de vendre des drogues, ou quelque chose, peut-être justement, parce que dans cette situation les fournisseurs du produit sont ceux qui sont punis, si je ne me trompe pas, et, les clochards, ils aiment leur liberté: ils n’aiment pas être confinés par des horaires de travail, et(cætera), même s’ils travaillent bien, en demandant de l’argent aux gens, et(cætera). Les clochards préfèrent être libres, entièrement, de travailler quand ils veulent, par exemple, et donc, même si dans la prison il ne faudrait plus se soucier d’où ils vont trouver leur prochain repas, ils n’aimeraient pas être forcés de manger à une heure précise, tous les jours.

Les clochards sont, toujours, une grande source de mystère: chaque pays ‘libre’ a les systèmes en place pour aider les gens qui n’ont pas de boulot, pour qu’il ne faut pas qu’ils deviennent clochards, mais, ils ne sont apparemment pas au courant de ces systèmes. Je suis sûr que les gens qui aiment ‘aider’ les clochards pourraient leur donner des conseils au sujet de ces aides qui sont disponibles, mais, quand même, ils demeurent clochards. Ils aiment, évidemment, être clochards, et moi, j’aime profiter des systèmes qui sont en place pour aider les gens qui n’ont pas de boulot, et donc, je ne leur donne rien quand ils me parlent.

Parfois, les clochards sont bien bénéfiques. Une fois, sur le boulevard de Magenta, j’ai passé un clochard qui s’était couché à plat ventre sur le sol, au milieu du trottoir, qui avait l’air, véritablement, mort – ça m’a beaucoup rappelé les histoires qu’on entend au sujet du ghetto de Varsovie, et donc, après ce moment, je n’avais plus besoin d’aller à Varsovie où, j’en suis sûr, il y a au moins un musée dédicacé au ghetto. Même si j’avais ressenti un besoin particulier de visiter Varsovie, je n’y irais pas de toute façon – je ne voyage pas. Les voyages sont l’action la plus bourgeoise que n’importe qui peut entreprendre. On va quelque part, pour aucune raison, et après quelques jours, on rentre chez nous, sinon on va quelque part d’autre, pour emmerder encore plus de gens. L’acte de voyager, pour aucune raison, est un acte bourgeois et également emmerdant. Je pense que c’est clair que chaque ville du monde serait meilleure sans les touristes, mais le genre de personne qui aime voyager est insensible à ce fait. C’est vraiment lamentable, l’esprit des touristes typiques.

La définition de clochard a changé au cours des années, en fait, au moins en anglais (le mot clochard en anglais est hobo). Un hobo, traditionnellement, était un travailleur voyageur – c’était une personne qui voyageait pour aller où elle pourrait travailler, aux petits boulots saisonniers, et(cætera). Ces jours ci, ce genre de boulot est fait par les ‘jeunes’ qui cherchent la ‘aventure’, je crois …. souvent des ‘jeunes’ qui viennent d’ailleurs, et qui ne prévoient jamais de rester dans le pays où ils font le travail.

Donc, je considère le clochard comme étant une figure romantique. Les clochards ne demandent pas de l’argent sans rien faire. Dans le livre ‘bound for glory’ de Guthrie (Woody) il raconte une histoire où il est allé à une église et a demandé au prêtre s’il y a eu du travail qu’il pourrait faire à l’église pour avoir un endroit où dormir et quelque chose à manger – le prêtre lui a répondu qu’il n’y a eu aucun travail à faire, et, il savait que Guthrie (Woody) ne voulait pas de l’argent (et(cætera)) sans rien faire, et donc, il ne donnerait pas à Guthrie (Woody) un lieu où il pourrait dormir ou la nourriture qu’il pourrait manger, parce que ça l’aiderait à court terme, mais pas à long terme. Ca, c’est tout comme le clochard du dix huitième arrondissement (de Paris (france)), qui passe ses jours sur la rue Marx Dormoy, qui propose de nettoyer les chaussures des gens contre l’argent, parce qu’il ne veut pas de l’argent sans rien faire, pas comme la plupart des clochards ces jours ci, même si, évidemment, c’est probablement le boulot le plus dur du monde d’essayer de gagner la vie en demandant de l’argent aux gens (note: presque rien dans le livre ‘bound for glory’ (de Guthrie (Woody)) est en fait factuel – c’est, effectivement, un livre de fiction, qui fait semblant d’être autobiographique).

Alors, le monde d’aujourd’hui est devenu, malheureusement, triste. Dans le passé, un clochard pouvait frapper aux portes des gens (pas seulement les portes des églises) et demander s’il y avait quelque chose qu’il pourrait faire pour avoir un repas et un endroit où dormir, mais, ces jours sont malheureusement dans le passé, et donc, les clochards sont forcés de demander de l’argent aux gens sans rien faire, ce que, peut-être, ils préféreraient ne pas faire, tout comme le clochard de la rue Marx Dormoy, et, même si ce clochard préférerait travailler pour l’argent, je pense qu’il serait plus couronné de succès s’il n’a proposé aucun service et passait ses jours sur la rue Marx Dormoy avec une affiche qui dit qu’il n’a pas un abri (et(cætera)) au lieu de son affiche qui dit qu’il préférerait travailler pour l’argent – la plupart des gens, tu vois, ne veulent pas que leurs chaussures soient nettoyées par un clochard dans la rue. Je pense que son approche est un peu ‘traditionnelle’. Dans le passé, je pense que les clochards proposaient, souvent, ce service, mais, non plus. Il m’a proposé, une fois, son service, mais, ça ne m’intéresse pas – je m’en fous si mes chaussures sont sales, tu vois.

Mais, le monde d’aujourd’hui est bien triste, ce qui est clair d’après le fait que les clochards qui ne font rien à part demander de l’argent aux gens sont plus couronnés de succès qu’un clochard qui propose un service. J’ai eu du respect, par contre, pour un clochard en particulier, qui marchait à côté de moi pendant quelques minutes une fois, à côté de la gare du Nord, premièrement me demandant une cigarette, et après ça de l’argent, et après ça un ticket restaurant – je ne lui ai rien donné, mais, je suis sûr qu’il est le clochard le plus couronné de succès de Paris (france) et peut-être du monde. On ne voit pas souvent ce genre de persévérance chez les clochards, et je dois dire que c’était tellement impressionnant.

Tomy and the Cougars

Tomy and the Cougars au Supersonic le 14 septembre 2017

Ah. Mon ami de la porte du Supersonic (dit l’OPA) est absent ce soir, et à sa place il y a un gardien de sécurité connard. Il m’a souhaité un bon concert, et je lui ai à mon tour souhaité une bonne soirée, mais j’ai évidemment parlé de manière inaudible, comme je fais parfois/souvent, et donc, il ne m’a pas laissé entrer jusqu’à ce que j’aie parlé plus fort …. je parlerai à mon psychiatre au sujet de ça demain, évidemment. Mais, Tomy and the Cougars. Un groupe obsédé par le fait qu’ils sont marseillais – ils écrivent sur leur site qu’ils viennent de la ‘plus belle ville de la france’, et, la première chose qu’ils ont dit à la foule ce soir c’était qu’ils viennent de Marseille. Et, vu leur obsession avec Marseille, c’est pas trop étonnant que leur musique soit tristement dérivée, et ça, c’est tout.

Fin.

POP IN (Paris) – le 13 septembre 2017

(Peter Deaves), David Murphy:

Ah oui. Comme on sait, ma vie n’est rien d’autre qu’une tribulation constante des rasoirs (électriques), et, voilà: le dimanche matin, tout semblait bien réel, dans ma petite vie d’insignifiance. J’ai eu un rasoir (électrique) pendant moins de deux mois, ou peut-être même moins d’un mois, et, ce mois, à peu près, avait été comme un véritable paradis: tous les matins, putain que j’ai eu très envie de me lever, en sachant que j’allais me raser quelques instants après que je me lève, ce que, pendant ce mois, à peu près, avait été presque incroyablement agréable. Et (!), parce que j’adorais tant mon (nouveau) rasoir (électrique), j’ai suivi toutes les instructions du manuel à la lettre, et donc, je l’ai nettoyé au moins une fois par semaine, probablement deux fois par semaine, pour parler franc. Mais, désastre (!): le dimanche matin, en le nettoyant, tout tranquillement (c’était une action calmante, l’action de nettoyer mon (nouveau) rasoir (électrique), en fait), devant la fenêtre ouverte, la partie du rasoir (électrique) qui rase (alors, la partie la plus importante d’un rasoir (électrique), on pourrait dire) s’est détachée du rasoir (électrique) et a volé vers la rue, et donc, le vrai plaisir de nettoyer mon rasoir (électrique) était perdu à ce moment là, quand je me suis habillé le plus vite possible et a couru vers le rez-de-chaussée et la rue pour chercher ce petit truc, qui mesure, probablement, un centimètre sur deux centimètres. Assez miraculeusement, j’ai réussi à trouver (effectivement tout de suite) le petit truc: il était, peut-être heureusement, sur le trottoir au lieu de la rue, et, encore heureusement, probablement, ce drame (oh là là) s’est produit le dimanche matin, vers, si je me souviens bien, neuf heures – si cet événement s’était produit n’importe quel autre jour de la semaine, il y aurait eu, probablement, déjà des gens dans la rue, qui aurait, probablement, marché sur le petit truc, mais, il avait l’air d’être en bon état, et donc, j’ai couru pour retrouver mon appartement, et là, j’ai commencé à essayer de réparer mon (nouveau) rasoir (électrique), et, au début, je pensais que mes efforts étaient futiles, mais après que j’eusse abandonné, j’ai remarqué que, peut-être, il y a une petite astuce pour rattacher ce truc, et, j’ai eu bien raison …. miraculeusement.

Après cet incident traumatisant (évidemment traumatisant), j’ai passé le reste de la journée dans un état stressé: je me suis demandé si mon rasoir (électrique) marcherait le lendemain, et(cætera) …. mais, quel stress (!). Evidemment, cette histoire était la première chose que j’ai raconté à l’amie que j’ai vu le dimanche soir, et, putain que l’histoire l’a intéressé – c’est une histoire très intéressante, après tout. Elle m’a demandé si j’utilise un rasoir (électrique) ou un rasoir (traditionnel), et comme je dis toujours, je lui ai dit que je crois que personne n’utilise plus les rasoirs (traditionnels) – elle m’a répondu que son père utilise des rasoirs (traditionnels), et donc, je lui ai dit que je crois que tous les ‘jeunes’ utilisent des rasoirs (électriques) maintenant, malgré ce qu’on pourrait croire d’après les publicités pour les rasoirs (traditionnels): d’après ces publicités, après qu’on se rase (avec un rasoir (traditionnel)), si on est ‘jeunes’, on est très heureux, et on court pour dire à tous nos amis qu’on vient de se raser, et ils nous disent qu’ils viennent, également, de se raser (avec un rasoir (traditionnel)), et après ça, on rigole bien, en se moquant des gens qui se rasent avec des rasoirs (électriques), et(cætera).

Certains produits (traditionnels) disparaissent des rayons à un moment ou à un autre, quand ils ne sont plus utilisés, par exemple, des accessoires pour calèches ne sont plus des produits tellement populaires – je ne crois pas qu’on puisse acheter des accessoires pour calèches au supermarché, et je pense qu’après que tout le monde (tous les ‘vieux’) qui utilise, toujours, des rasoirs (traditionnels) meure qu’on ne pourra plus, facilement, acheter des accessoires pour rasoirs (traditionnels). Ce sera, on dirait, la fin d’une génération.

Vu tous les problèmes que je rencontre en utilisant des rasoirs (électriques), on pourrait dire que, peut-être, je devrais commencer à utiliser des rasoirs (traditionnels), comme certains ‘vieux’, mais pas du tout la plupart des ‘vieux’ (selon mes recherches (non fiables)). Mais (!), ce serait une folie (!): en quelques années, les rasoirs (traditionnels) n’existeront plus, et donc, dès que j’ai d’habitude d’utiliser des rasoirs (traditionnels), ils disparaîtront, comme des accessoires pour calèches. Alors, il vaut mieux, évidemment, continuer à me battre avec des rasoirs (électriques), et, comme on sait, je suis quelqu’un de très moderne, après tout (j’adore les ‘applications’, et(cætera)).

Je sais que toutes les tribulations des rasoirs (électriques ou non) ont l’air assez bizarres et incompréhensibles pour les hipsters barbus (la majorité des gens ces jours ci), mais, je n’écris pas pour les hipsters (barbus), et encore moins pour les hipsters qui essaient de se laisser pousser la barbe mais ne réussissent pas, et donc, je peux dire que je me fous de la confusion des hipsters (barbus ou non), et donc, ça me plaît que mes écrits soient un mystère éternel à leurs yeux.

Alors, parce que l’histoire de mon rasoir (électrique) est incroyablement intéressante, voici, ce qui s’est produit le lundi matin quand je me suis rasé: le rasoir (électrique) était efficace en me rasant, mais j’ai imaginé qu’il m’a blessé, ce qui n’avait pas été le cas avant le dimanche fatidique. ‘J’ai imaginé’ qu’il m’a blessé: j’ai espéré que j’ai imaginé qu’il m’a blessé, mais pendant les jours à venir, j’ai continué à être blessé, et donc, j’ai cru qu’il avait été endommagé par sa chute et/ou ma réparation, mais (!), ce matin, je n’étais pas du tout blessé, et donc, je conclus que pendant les jours après que la partie critique de mon (nouveau) rasoir (électrique) soit tombée par terre (la terre du trottoir) que j’ai, heureusement, imaginé les blessures que j’avais senti sur mon visage, ou, peut-être qu’il a fallu que quelques jours se passent pour que la partie critique du rasoir (électrique) retrouve sa bonne place, mais, quoi qu’il soitarrivé, ce matin, c’était, à nouveau, un plaisir de me raser, un plaisir que les hipsters (barbus) ne connaîtront jamais, au moins jusqu’à ce que la tendance hipster change et il devienne hipster d’être bien rasé au lieu de barbu.

Comme on sait, je dépense le moins d’argent possible, tout le temps, mais (!), la seule exception à cette règle est quand les rasoirs (électriques) sont concernés. Ce rasoir (électrique) était, évidemment, mal fait, et, il est, également, d’une marque connue et respectée dans le monde des rasoirs (électriques). Je crois que la compagnie qui a fabriqué mon (nouveau) rasoir (électrique) fabrique, également, des rasoirs (électriques) pour femme, et donc, mes sœurs, je connais bien votre chagrin, mais, ne perdez pas espoir si la partie critique de votre rasoir (électrique) tombe par terre: je vous promets que le rasoir (électrique) est réparable, et si vous ne réussissez pas à réparer vos rasoirs (électriques), dite-moi, et je serai très heureux de vous offrir des conseils …. si vous n’êtes pas le genre de femme qui aime les hipsters (barbus ou non). Oui oui. Si on encourage les hipsters (barbus ou non), on est aussi coupables qu’eux, alors, je me fous de vos soucis si vous êtes amoureuses de ces aberrations de la race (humaine).

Moi, je me demande s’il y a des salles secrètes où les hipsters barbus se retrouvent, tout clandestinement, pour discuter leurs plans diaboliques pour le monde. Les barbes hipsters sont, aujourd’hui, l’équivalent des moustaches hitlériennes pendant les années de guerre et d’après guerre. Il faut supposer que chaque hipster (barbu) a des mauvaises intentions, et que les femmes qui sont attirées par eux sont des petites Braun (Eva).

Peter Deaves et David Murphy alors …. en principe, mais il faut, évidemment, attendre avant l’ouverture de la porte de l’enfer/de la salle de concert du Pop In. Je pense que quand j’arrive là et je trouve la porte fermée que je préfère rater totalement le concert, en fait, et donc, j’écris, et j’espère que je quitterai ce lieu avant que je voie des artistes du soir en concert.

Peter Deaves et David Murphy. Les chansons de Peter Deaves, quand il joue en solo, ont l’air pas mal, et assez intéressantes. Je ne suis pas sûr si ce sera le cas quand il joue avec David Murphy, mais (!), je crois qu’il ne joue jamais en solo maintenant et qu’il est toujours accompagné par David Murphy, et donc, j’espère que ça ne détourne pas de ses chansons et son style, qui ont l’air assez uniques, en fait.

David Murphy

David Murphy au Pop In le 13 septembre 2017

Mais (!), le concert va, apparemment, commencer dans deux minutes, et donc, je descends pour voir si on dit la vérité. Et, on dit la vérité, et David Murphy commence tout seul, et ce qu’il fait n’est pas mal, en ce qui concerne ses paroles, mais musicalement il ne fait rien, et quand il crie, putain que c’est probablement la pire chose que j’ai jamais entendu à un concert.

Et, je prends la fuite, sans voir Peter Deaves …. je ne suis pas du tout déçu.

MOOD/LA GALERIE STARDUST (Le Pré-Saint-Gervais) – le 11 septembre 2017

Lise, Courtney Farren, (American Anymen):

Ah oui. On sait que je suis bien en forme quand je commence un article par le mot putain, et donc, voici, je dis, je ne sais pas exactement, mais quelque chose qui ressemble à la phrase ‘bien la putain’, parce que, putain que le groupe American Anymen m’emmerde, justement ou non.

Alors, si je ne me trompe pas, un des concerts que j’ai récemment raté était un concert de ce groupe, et si ce n’est pas, en fait, le cas, je sais, de toute façon, qu’ils ont joué, à Paris, il y a quelques jours, qu’ils jouent ce soir, dans la région parisienne, et qu’ils joueront demain soir, à Paris. ‘American Anymen’, un nom incontestablement ridicule, convenable pour un groupe qui jouera, finalement, trois concerts dans la région parisienne au cours d’une semaine, à peu près. Pas étonnamment, avec leur nom ridicule, ce groupe est américain, et il me semble comme s’ils sont venus en france, en europe, et qu’ils joueront au moins trois concerts, uniquement dans la région parisienne, alors, il est clair qu’ils sont assez (voire très) désespérés d’être vus par chaque parisien/chaque personne qui habite dans la région parisienne, et donc, je m’en voudrais de ne pas les voir – ils font trois concerts là, dans la région parisienne, en l’espace de quelques jours, et nulle part d’autre (en europe), et donc, je soutiens leur idiotie. On sait bien que j’apprécie, bien, un peu d’idiotie.

Alors, je me demande pourquoi un groupe viendrait en europe, des états unis, et ne jouerait que dans la région parisienne. Si on a assez d’argent pour acheter des tickets d’avion pour aller des états unis en europe (france), avec des instruments musicaux (ce que, je suppose, ajoute au prix des tickets), je suppose qu’on a, au moins, assez d’argent pour prendre un petit voyage en train, au moins quelque part d’autre en france, pour faire un concert, et(cætera). Mais (!), peut-être qu’ils connaissent quelqu’un qui habite dans la région parisienne qui les a aidé à organiser trois concerts (en l’espace de quelques jours) …. dans la région parisienne – si cela est bien le cas, je supposerais que cette personne aurait pu, facilement, organiser un concert quelque part d’autre en france …. peut-être que vous vous dites ‘mais (!), ils sont des américains (ignorants), alors, peut-être qu’ils pensaient que le Pré-Saint-Gervais était, bien, quelque part d’autre en france (mais encore accessible par Métro(politain) (parisien))’, mais ça, ce n’est pas en fait le cas: ils ont écrit sur leur site (web) que leur concert de ce soir a lieu à Paris, ce qui n’est, évidemment pas, le cas, mais, ça prouve qu’ils savaient que le Pré-Saint-Gervais est à côté de Paris, est plus ou moins Paris, mais en même temps n’est pas du tout Paris.

Ou, peut-être que, selon quelqu’un que j’ai vu hier, le Pré-Saint-Gervais fera bien partie de Paris dans l’avenir, alors, peut-être qu’ils ne se trompent pas en disant que leur concert de ce soir a lieu à Paris. Cette personne que j’ai vu hier, elle est obsédée par l’idée du ‘grand Paris’, et peut-être, selon elle, le Pré-Saint-Gervais est/sera (bientôt) Paris. J’aime bien cette personne que j’ai vu hier, même si, chaque fois que je la vois, elle me dit toutes les dernières nouvelles concernant le projet du ‘grand Paris’. Evidemment, quand le ‘grand Paris’ existe, il n’y aura plus de banlieues parisiennes, et tout sera Paris. Même si on dit que les banlieues n’existent plus, je suis sûr que Paris, le traditionnel Paris, demeurera le seul Paris, et que les anciennes banlieues seront appelées ‘grand Paris’, et donc, elles seront, toujours, quelque chose de différent que le traditionnel Paris tout de même. Cette personne qui adore le concept du ‘grand Paris’ habite à Saint Denis, et ce sera, évidemment, un monde entièrement nouveau dès qu’on n’habite plus dans le ‘petit Paris’ mais plutôt le ‘grand Paris’. Ce sera l’avenir après tout, et elle aime bien l’avenir. Elle aime bien les ‘applications’, et(cætera), et, je crois que le ‘grand Paris’ ressemblera à, en fait, une grande ‘application’ dans le monde physique, autrement dit, un paradis.

C’est un peu dommage, en fait, que les American Anymen aient dit qu’ils jouent à Paris ce soir – s’ils avaient dit qu’ils jouent au Pré-Saint-Gervais, ce qui est la vérité, ils auraient pu dire qu’ils ont, en fait, fait une tournée. Je ne sais pas si on fait une tournée, en fait, si on ne joue que dans une seule localité. Ca me semble, plutôt, comme si on a temporairement déménagé, et qu’on ne fait, tout simplement, que des concerts où on habite actuellement. Vu que je ne pense pas que le Pré-Saint-Gervais fasse partie de Paris, les American Anymen ont bien fait une tournée française, ce qui est également, donc, une tournée européenne.

Mais, j’ai l’impression que les American Anymen me harcèlent. Chaque fois que je regarde ce qui se passe à Paris et/ou dans la région parisienne et/ou au ‘grand Paris’, je vois leur nom, qui m’énerve, pour une raison ou une autre. Si je découvre, ce soir, qu’ils ne peuvent même pas parler français, je vais être encore plus embêté, parce que je ne comprendrai pas, à nouveau, la raison pour laquelle il fallait qu’ils fassent trois concerts dans la région parisienne (et nulle part d’autre en europe), en l’espace de quelques jours. Au moins, après ce soir, les American Anymen pourront dire qu’ils ont vu le vrai ‘grand Paris’. Je m’attends que les gens qui font partie de ce groupe soient tout occupés ce soir, en écrivant des cartes postales, en disant à tout le monde, aux états unis, qu’ils ont vu le vrai ‘grand Paris’, ce que la plupart des gens qui visitent Paris ne peuvent pas dire. Ou, peut-être qu’ils se trompent, et ils croient, en fait, qu’ils jouent à Paris ce soir, et donc, ils vont aller partout, à Paris, ce soir, en cherchant Mood/la galerie Stardust, sans se rendre compte que, en fait, ils doivent aller au Pré-Saint-Gervais. Alors, je suis prêt à ne rien voir ce soir, mais si je vois quelques artistes en concert, je veux, bien, que je ne sois pas déçu, sinon je serais bien fâché contre ces, uh, cons, qui ont pensé qu’il a fallu jouer trois fois dans la région parisienne, et nulle part d’autre. Même Dylan (Bob) n’a fait que deux concerts dans la région parisienne les deux dernières fois qu’il a été là, et donc, je dois supposer, alors, qu’ils pensent qu’ils sont plus importants que Dylan (Bob), et, j’espère bien que je découvrirai qu’ils ont raison de se tenir en aussi grande estime.

Et, personnellement, j’espère que le Pré-Saint-Gervais deviendra mon nouveau Montreuil (sous-Bois), vu que, comme on sait, je joue, en ce moment, le rôle de martyr pour cette belle ville, et donc, je la boycotte, malgré le grand amour que je ressens pour elle …. je l’aime, mais je sais qu’elle est tout simplement un amour perdu, et que rien ne la remplacera jamais.

Courtney Farren

Courtney Farren à Mood/la galerie Stardust le 11 septembre 2017

Et donc, je suis là, et je trouve bien un concert, mais pas les fameux American Anymen, mais plutôt une certaine Farren (Courtney). Il faut dire que je ne crois pas que j’eusse lu ce nom avant que j’aie lu l’annonce de ce concert, et donc, je suis, assez étonnamment, indifférent à elle. Ses paroles sont fortes, sa voix aussi, encore étonnamment. Sa musique, encore, me laisse indifférent, mais ce qu’elle joue est porté par ses paroles, et donc, ce n’est pas du tout un problème. Ses paroles sont exactement les genres que j’aime, normalement, et ça, ce n’est évidemment pas une exception. C’est le genre de paroles que je m’attends à entendre pendant le set des American Anymen (et Lise (je suis également indifférent à elle. Je crois, mais peut-être que je me trompe, que c’est la première fois qu’elle joue avec les American Anymen, en france, en europe, mais pas à Paris, évidemment)). Et, Farren (Courtney) a également raison en se souciant de ne pas parler (beaucoup de) français – elle devrait moins parler pendant ses sets dans des pays non anglophones.

Lise

Lise à Mood/la galerie Stardust le 11 septembre 2017

Et, pour se moquer de moi, et de mon martyre, Lise a, enfin, joué après les American Anymen (et Farren (Courtney)), et, elle est, enfin, une montreuilloise, qui parle, bien, en français …. mais encore, trop. Mais, quand même, son set m’a plu dans une certaine mesure – elle est quelqu’un de joyeux, pas désagréablement, peut-être parce que sa gaieté est du genre montreuillois, et sa musique/elle est un peu absurde …. quand elle chante en français. En anglais, ses chansons sont des ballades, bien ennuyeuses, mais, elle est le plus près que je puisse être de mon beau Montreuil (sous-Bois) maintenant …. une montreuilloise bien joyeuse – on est joyeux quand on est montreuillois. Je vais partout à pied maintenant, parce qu’à cause du manque de logique de la RATP, je ne peux plus aller à un seul bar montreuillois, donc, je me sacrifie pour Montreuil (sous-Bois). Tout ce que je dirai c’est que, je crois (vu qu’elle n’a pas précisé), les gâteaux qu’elle a fait n’étaient pas végans, mais, il est vrai que tous les montreuillois ne sont pas végans.

Et, voilà. Après tout ça, les American Anymen demeurent mythiques. Je les ai raté, je dois dire heureusement. Je n’irai pas au Motel demain soir pour les voir, et, je crois que je les déteste, alors, je pense que ça aurait été impossible pour moi de les critiquer ‘objectivement’. Alors, je ne peux ni confirmer ni nier si les American Anymen peuvent parler français, même un peu.

Note: je suis bien au courant que le français dans cet article est nul.

CONCERT RATE DU 9 SEPTEMBRE 2017

Chaque matin, pendant que je me prépare, j’écoute la musique. Il me semble comme si j’ai trouvé le bon volume pour ne pas déranger ma voisine d’en bas – elle n’aime pas que la musique que j’écoute la réveille – plus tard dans la journée, j’ai l’impression que je peux écouter la musique un peu plus fort; plus tard dans la journée, le bruit de la rue devient très fort, alors, je pense que la musique qui émane de chez moi n’est plus le problème principal, mais j’espère qu’elle ouvre sa fenêtre et crie aux gens dans la rue quand ils deviennent trop bruyants, sinon, je considérais ses plaintes contre moi comme la discrimination.

Ce matin j’ai écouté Dylan (Bob) pendant que je me préparais. J’ai écouté le disque Tell Tale Signs, qui n’est pas un album studio mais qui est, à mon avis, probablement le meilleur disque de la musique de Dylan (Bob) de tous les temps. C’est un album de ‘faces b’ et ‘raretés’, et(cætera), et, franchement, c’est assez superbe. En écoutant Dylan (Bob) ce matin, je pensais à la mort de Cohen (Leonard), et il faut dire que j’ai un peu réfléchi. Cohen (Leonard) est mort l’année dernière, et maintenant, donc, je pense que Dylan (Bob) sera le prochain grand homme qui mourra, même si, encore, il fait entre quatre vingt et cent concerts par an, partout dans le monde. Je l’ai vu au palais des Sports il y a deux ans, et maintenant, il joue pendant quarante minutes, à peu près, puis il prend une pause de vingt minutes, à peu près, puis il revient et il joue pendant un autre quarante minutes, à peu près – ça, à mon avis, est raisonnable – il est, maintenant, vieux, à peu près. Les concerts de Dylan (Bob) sont une vraie blague, mais quand même, on y va – c’est un grand homme. Parfois, selon des rumeurs, il est (très rarement) en forme – je ne l’ai jamais vu quand il est ‘en forme’, mais sur le disque Tell Tale Signs, il y a une chanson, High Water (for Charley Patton), d’un concert, et, putain que j’aurais voulu être au concert où il a joué cette chanson – ce concert là, où il a joué cette chanson, était, évidemment, un des concerts ‘mythiques’ où monsieur Dylan (Bob) est ‘en forme’, et, mon dieu que c’est incroyable. Je pense que cette version de cette chanson est, véritablement, ma chanson préférée de tous les temps – la foule est folle; tout le monde est bien au courant qu’ils sont très chanceux – ils ont vu un concert de Dylan (Bob) où il était en forme, la plus rare des occurrences.

Monsieur Dylan (Bob) est encore, peut-être, parfois ‘en forme’ quand il joue live, mais, malheureusement, vu que ses derniers albums (studios) ont été des albums des reprises, je pense qu’il a le syndrome de la page blanche en ce moment, pour la deuxième fois de sa carrière. Dans le passé, même pendant qu’il jouait cent concerts par an, à peu près, il a continué à écrire des nouvelles chansons, même pendant qu’il était en tournée. Maintenant, je crains, il devient trop difficile pour lui d’écrire des chansons pendant qu’il est en tournée, et vu qu’il a, presque sans aucun doute, joué plus de concerts que n’importe quel autre artiste au cours des trente dernières années, je crois qu’il est fatigué, et quand il a des moments libres, il se repose au lieu d’écrire. Je l’ai raté la dernière fois qu’il s’est trouvé à Paris (france), parce que je n’ai pas su jusqu’à ce qu’il fût trop tard qu’il allait venir ici, mais, je n’ai pas du tout regretté de l’avoir raté: ce que j’ai raté, en toute honnêteté, était un concert atrocement mauvais, mais, un concert atrocement mauvais en présence de, à mon avis, le plus grand homme de tous les temps, un grand homme qui manque, vraisemblablement, de talent musical et vocal mais malgré ça, a réussi – on pourrait même dire, facilement, qu’il manque d’originalité, mais malgré ça, il a réussi. Il est le grand homme des grands hommes, et je peux dire que s’il meurt avant moi (ce que, selon les probabilités, est presque une certitude), que je vivrai une très longue période de deuil, plus longue que celle que j’ai vécu quand ma grand-mère est morte l’année dernière – comme on sait, je ne comprends jamais les grandes tristesses des gens quand leurs grands-parents et leurs cousins meurent. Je ne peux pas parler à mon père, alors, je ne pense pas que je sois triste quand il meurt, mais, je serai probablement triste quand ma mère meurt, et peut-être quand mon frère meurt aussi, s’il meurt avant moi. Mon frère et moi, on mourra dans des états de solitude, lui, à Melbourne (australie), moi, à Paris (france) – ça ne me dérange pas, ni lui, je pense. Je passe une vie solitaire, alors, pourquoi est-ce que ma mort serait différente? Je suis à l’aise quand je suis tout seul. Les seuls moments où je suis à l’aise sont quand je suis tout seul, alors, ça, c’est l’état dans lequel je voudrais mourir. Je pense que la seule raison pour laquelle les gens ont des enfants est pour qu’ils ne soient pas, en principe, seuls pendant qu’ils sont en train de mourir, et ça, à mon avis, est une raison égoïste pour vouloir avoir des enfants. Moi, je serai à Paris (france) pendant que mes parents sont en train de mourir, à Melbourne (australie). Ce n’est pas ma responsabilité de les accompagner au cours de leurs derniers jours. Je serai plus triste quand monsieur Dylan (Bob) meurt que quand ma grand-mère est morte et quand mes parents meurent, ça, je sais. Monsieur Dylan (Bob) a, en fait, fait quelque chose; il a accompli quelque chose; il n’a pas suivi le chemin le plus facile – il ne pouvait guère chanter, il était loin d’être le meilleur musicien du monde, mais il a réussi en tant qu’écrivain de chansons, parce qu’il est un écrivain de chansons, pas un chanteur, ni un musicien. Pourquoi est-ce que je pleurerais la mort de quelqu’un qui n’a rien fait, n’a rien accompli? Je ne pleurerai pas non plus quand monsieur Dylan (Bob) meurt, mais, cette mort particulière me touchera plus que la mort de mes parents me touchera, et ça, c’est certain.

Je voudrais, au moins, que monsieur Dylan (Bob) sorte un autre album des chansons originales avant qu’il meure, et, j’ai confiance qu’on verra cet album. Quand Dylan (Bob) arrête de jouer entre quatre vingt et cent concerts par an, partout dans le monde, on saura qu’il commence à devenir vraiment fatigué, et que, peut-être, il n’en aura plus pour longtemps à vivre. C’est peut-être pendant cette période, quand son programme de concerts se calme, qu’il retrouvera la capacité d’écrire. Il y a quelques années il a sorti un livre qui est superbe, qui s’appelle ‘Chronicles volume one’ …. ‘volume one’. Dylan (Bob) se fout des conventions, mais, il a dit quand ce livre est sorti qu’il y aura deux prochains volumes de ces ‘chronicles’, et vu que j’ai adoré ce livre, j’ai attendu avec impatience les prochains volumes de ces ‘chronicles’, mais, maintenant, j’ai plus ou moins cessé de croire qu’il écrira ces deux derniers volumes, mais, s’il nous donnait un autre album des chansons originales et un autre volume de ces ‘chronicles’, je pense qu’on pourrait être bien contents.

A mon avis, un album (ou un livre) est quelque chose de permanent; un concert, par contre, est quelque chose qui se produit et existe transitoirement, et plus tard, on ne garde que les souvenirs de cet événement, et, les souvenirs disparaissent – ça, c’est la nature des souvenirs. Je pense que les concerts sont plus faciles que les nouvelles chansons/les nouveaux textes pour Dylan (Bob) en ce moment et donc, il continue à jouer live et à être constamment en tournée, même si les concerts, évidemment, deviennent de plus en plus difficiles pour lui, vu qu’il lui faut les pauses pendant ses sets maintenant, mais, même s’il ne sort pas un autre produit des textes originaux, c’est bien, quand même, qu’il continue à jouer live, pour que ses ‘nouveaux fans’ aient l’opportunité de le voir – même si ses concerts sont véritablement nuls, la première fois que je l’ai vu, j’ai eu les larmes aux yeux pendant son rappel, et quand je l’ai vu au palais des Sports, je ne l’ai jamais quitté des yeux, parce que je ne savais pas si j’aurais l’occasion de le voir une autre fois …. enfin, j’ai eu l’occasion de le voir une autre fois, mais je ne savais pas jusqu’à ce que tous les billets eussent été vendus. En ce qui concerne ce/s concert/s que j’ai raté, j’espère, au moins, qu’il y a eu beaucoup de ‘nouveaux fans’ dans la foule, ce qui les aurait rendu bénéfique.

Mais, le concert raté de ce soir. Ce n’est pas le concert du Val dans le dix huitième arrondissement de Paris (france) mais plutôt un concert qui aura lieu à un endroit que j’aime, en fait, mais où je déteste aller, surtout les samedis soirs, et, si je me souviens bien, une des artistes du soir a l’air pas mal, mais rien de spécial, mais quand même, si l’autre artiste du soir avait l’air pas mal aussi, j’aurais considéré, peut-être, y aller, mais, l’autre artiste n’a aucunes chansons disponibles en ligne, et donc, je laisse tomber le concert. Voilà.

Vive Dylan (Bob), et(cætera).

Oui.

LE ZORBA (Paris) – le 8 septembre 2017

(Baby Jesus), (Deaf Parade):

Ah, les joies débridées de facebook (dit Zuckerberg (Mark) dit l’internet). Grâce à facebook (dit l’internet dit Zuckerberg (Mark)) je sais qu’une personne que je connais va venir au concert de ce soir, et je sais également que le concert ‘intéresse’ quelqu’un d’autre que je connais, et donc, mon désir de venir à ce concert est déjà diminué, presque jusqu’au point où je ne veux plus du tout y aller. Mais (!), d’après mon expérience, si quelqu’un dit qu’il va venir à un concert ou que le concert l’intéresse, ça implique qu’il ne va pas, en fait, venir au concert, et donc, en réalité, je devrais être plus à l’aise en venant au concert de ce soir que je suis quand je vais à un concert qui n’intéresse personne (selon facebook dit Zuckerberg (Mark) dit l’internet), mais, le concert de ce soir a lieu au même endroit que le concert que j’ai raté hier soir, le paradis des agoraphobes, et donc, la peur que je verrai quelqu’un que je connais dans ce petit espace de merde (qui est, en fait, assez ‘cool’) sous le bar le Zorba rend ce concert presque irréalisable pour moi, mais, quand même, parce que je suis quelqu’un de très courageux, je vais y aller, et je vous tiendrai au courant si une de ces personnes qui est ‘intéressée’ par ce concert est enfin présente ou non, bien évidemment.

Et, voilà. Déjà, il est clair que je ne suis pas quelqu’un d’oublieux – je suis au courant des gens qui seront, peut-être, présents aux concerts (grâce à facebook (dit l’internet dit Zuckerberg (Mark))), et(cætera). Je suis considérablement moins oublieux que, par exemple, le genre d’imbécile qui marche dans la rue en portant les écouteurs. Ce matin, en marchant au cabinet de mon psychiatre, où je lui dirai que je ne prendrai plus les médicaments qu’il me prescrit, parce qu’ils sont testés sur les animaux (mais quand même végans, à cent pour cent), j’ai failli entrer en collision avec un de ces imbéciles en écouteurs, parce que, évidemment, il ne pouvait pas entendre que j’étais au coin de la rue – il a failli entrer en collision avec une autre personne et moi, en fait, mais, il ne connaît pas du tout le danger qu’il était très chanceux d’éviter, parce qu’il ne vit pas dans son propre monde, mais plutôt le monde qui existe dans ses écouteurs, et, je suis sûr que la musique qu’il écoutait était merdique – on était dans la Goutte-d’Or, ou, au moins, à ses périphéries, et il marchait vers la Goutte-d’Or; moi, j’ai quitté la Goutte-d’Or. Il faut supposer que la musique qu’il écoutât était merdique parce que j’habite dans la Goutte-d’Or, et la musique qu’on entend là, à travers nos fenêtres et dans la rue, est, normalement, merdique.

Hier, j’ai eu la malchance de voir la même personne deux fois. Une fois aux alentours de la Goutte-d’Or, dans le supermarché carrefour sur le boulevard Barbès, où il a acheté un seul article, comme un imbécile (un paquet d’enveloppes, comme un imbécile – il aurait pu acheter ce même produit à un des magasins de merde de la Goutte-d’Or, où il aurait beaucoup économisé), et l’autre fois dans la Goutte-d’Or: cette fois, il venait, clairement, de déposer des vêtements à la laverie, où j’étais en train d’aller, et il était, donc, en train d’aller quelque part pour attendre jusqu’à ce que ses vêtements soient lavés. Il a le visage d’un con prétentieux et arrogant, le genre de visage qu’on a envie de frapper, sans même connaître la moindre chose au sujet de lui, sauf qu’il va au supermarché pour acheter des enveloppes, seulement des enveloppes, et qu’il paie pour ce seul article avec sa carte (bleue), le genre de carte (bleue) qu’il ne faut pas insérer dans la machine parce qu’on peut, plutôt, la taper contre la machine. Il est, tellement, quelqu’un de détestable. Il est clair qu’il embrasse, totalement, le monde moderne – je suis sûr qu’il a un téléphone moderne, avec lequel on peut écouter la musique et prendre des photo(graphies). Je suis sûr que, souvent, il prend des photo(graphies) pendant qu’il écoute la musique avec son téléphone moderne bête. Je suis sûr qu’il fait des ‘selfies’ …. pendant qu’il écoute la musique avec son téléphone moderne. Ca m’offense que, peut-être, il est allé à la même laverie où j’étais en train d’aller, mais ça, ce n’est pas certain – il y a deux laveries qui se trouvent très proche l’une de l’autre, et, putain que j’espère qu’il est allé à l’autre laverie et pas à la mienne: il va, déjà, à mon supermarché habituel; je serais dégoûté, absolument, si ma laverie habituelle était également la sienne. Je suis sûr qu’il trouve les laveries romantiques à cause du film Masculin Féminin, même si, clairement, ce film ne glorifie pas du tout les laveries, malgré les conversations qui ont lieu dans les laveries au cours du film. Moi, je trouve les laveries romantiques à cause de la chanson ‘coin laundry’ de Lisa Mitchell, une chanson qui glorifie bien les laveries.

Je suis sûr que ce connard aime la Goutte-d’Or parce que c’est le seul quartier de Paris (france) où on entend, à toute heure, les ‘bons gros’ rires – ça, c’est la seule mauvaise chose au sujet de la Goutte-d’Or. Il n’y a aucune raison de rire aussi joyeusement que ceux qui rient dans les rues de la Goutte-d’Or.

Je suis sûr qu’il ne parle jamais négativement, que tout est gai et bon selon lui. Je suis sûr qu’il mange de la viande, parmi des amis, en riant. Je suis sûr que tous ses amis ont des visages qui sont semblables au sien. Il rit pendant qu’il mange les carcasses des animaux parce qu’il est un con. Je suis sûr qu’il sort les week-ends (seulement les week-ends), et qu’il va en boîtes de nuit, où, je suis sûr, tout le monde a un visage comme le sien. Putain, que je déteste ce jeune homme. Sans doute, il est le genre de jeune homme que les femmes d’un certain âge adorent. Je suis sûr qu’il ne porte jamais les chemises qui manquent de boutons (parce qu’une de ses admiratrices d’un certain âge répare toutes ses chemises quand elles perdent un bouton); il ne porte jamais, non plus, des pantalons qui ont des trous – dès qu’un pantalon a un trou, il faut qu’il soit jeté à la poubelle, et ça, c’est le gaspillage, bon petit garçon connard, qui ne dit jamais un mauvais mot au sujet de quiconque, parce que, si on n’a rien de gentil à dire, on ne dit rien, évidemment. Oui oui. Tu as été bien élevé, petit con. Je suis sûr que tu ne laisses jamais pousser tes cheveux. Je sais que tu as un tel visage dédaigneux parce que tu n’as jamais eu besoin de le raser. Un homme adulte, qui n’est jamais arrivé à la puberté. Oui oui, c’est bien triste, petit connard.

Petit connard, qui porte les vêtements que sa maman a choisi. Petit connard, qui ne sait pas vivre sans sa maman chérie. Petit connard, qui fait tout pour rendre sa maman fière. Petit connard, qui n’a jamais fumé une cigarette, non parce qu’il n’a jamais eu envie, mais plutôt parce que ça décevrait sa maman chérie. Petit connard, qui dort de bonne heure chaque nuit. Petit connard, qui se soucie chaque nuit qu’il se trouve dans une de ses boîtes de nuit chéries, parce qu’il sait que sa mère ne serait pas heureuse si elle savait que son fils précieux sort chaque week-end, dans les lieux où tous les enfants ‘cools’ vont. Mais, malheureusement, il n’était pas un enfant ‘cool’, et donc, il est perdu dans le monde, parce qu’il ne saura jamais qu’il y a une autre facette de la vie. Petit connard, qui ferait du bien s’il ne se trouvait jamais sur ma rue. Là, jeune homme, c’est où les vraies personnes qui n’ont pas peur de faire des faux pas vivent. Jeune homme, cette rue n’est pas pour toi, ni ce quartier, alors, j’aimerais si tu irais te faire foutre. Merci à l’avance, petit connard, qui n’a rien à faire dans le beau quartier de la Goutte-d’Or.

Et, voilà. Tout comme j’ai dit hier, au sujet du bar le Zorba, c’est pas la peine d’essayer d’entrer dans ce bar les soirs, et donc, j’ai failli me retourner dès que je suis arrivé, mais, parce que je suis quelqu’un de courageux (très), comme on sait, j’ai poussé pour pouvoir descendre dans la salle de concert, et, voilà: encore, exactement comme j’ai dit hier, il est impossible d’avoir confiance en l’ordre de passage des artistes à ce bar, parce que, selon chaque annonce de ce concert que j’ai vu, le groupe (avec, presque certainement, le pire nom que j’ai jamais rencontré) Baby Jesus aurait dû être la première partie, mais, hélas (!), dès mon arrivée, j’ai trouvé Deaf Parade sur scène, en train de se préparer, et, j’ai déjà vu ce groupe deux fois, et d’après mon expérience, parfois je les aime, et parfois non, et cette fois, c’était l’occasion où je ne les aurais pas aimé, surtout vu que le concert de ce soir s’est passé au Zorba, et donc, j’ai pris la fuite, et, je n’ai vu ni les deux personnes qui ont stipulé que le concert les intéresse sur facebook (dit Zuckerberg (Mark) dit l’internet), ni mon ami de la Goutte-d’Or, mais quand même, j’ai vu quelqu’un que je connais …. je l’ai vu quand j’étais en train de sortir – il était en train d’entrer, et m’a demandé si j’étais là pour le concert – je lui ai dit que oui, ce qui n’était pas un mensonge.

Fin.